Pépite du moment n°37: Lift Up de Dune (2019)

Petite découverte rafraichissante ce soir avec une sucrerie pop qui éclateDune immédiatement en bouche. Dune est un duo composé de la chanteuse Anja et de Thomas aux machines qui sortira son premier EP en octobre et vient d’envoyer en éclaireur son single Lift Up qui porte parfaitement son nom tant il réveille avec délicatesse les sens. La recette est d’une grande limpidité avec la douceur candide de la voix d’Anja qui ne sera pas sans rappeler la voix d’Emilie Simon et une ambiance instrumentale où les synthés old-school apportent une coolitude évidente. Le résultat est assez judicieusement illustré par un clip amenant à s’interroger sur l’influence des nouvelles technologies sur nos vies. Il ne vous reste plus qu’à savourer, enjoy!

Sylphe

Pépite du moment n°35: Home to You de Cate Le Bon (2019)

Voilà deux semaines que ce titre m’obsède avec sa ritournelle candide et je vous invite à Cate Le Bonfaire la connaissance de Cate Le Bon. Je dois reconnaître que cette galloise m’était absolument inconnue avant la parution de son quatrième opus Reward… En même temps lorsque l’on a accompagné en tournée St Vincent, John Grant ou Perfume Genius et que l’on vient de signer sur le label Mexican Summer (Ariel Pink ou Connan Mockasin ) ça dresse un personnage…

Pour en revenir au sujet du jour, ce Home to You est juste superbe avec sa ritournelle imparable et la beauté de la voix de Cate Le Bon. Voilà un titre d’une douceur incommensurable qui m’évoque les grands moments d’émotion de Bat for Lashes ou de Joan as Police Woman. Et que dire de ce clip d’une grande humanité qui sublime par les images le titre? On suit des roms qui vivent à part dans le quartier Lunik IX de Košice en Slovaquie, loin de vouloir mettre le doigt sur la misère sous-jacente ce clip montre toute la cohésion de cette communauté et le bonheur qu’ils ont à vivre ensemble. Une bien belle leçon d’humanité à savourer… Enjoy!

Sylphe

Review n°31: Drift d’Agoria (2019)

Voilà un album qui m’a beaucoup interrogé… Une première écoute globalement Agoriadécevante avec l’impression (qui demeure toujours en fond) d’un son qui a eu tendance à se standardiser pour succomber aux sirènes commerciales. Après un Impermanence brillant qui s’imposait comme un bien bel hommage sans concession à la techno de Détroit (le garçon avait quand même réussi à faire chanter Carl Craig!), on s’attendait 8 ans plus tard à un album plus racé d’un artiste dont le cv fait rêver entre la création du label Infiné et sa participation active à la fondation des Nuits sonores à Lyon… Maintenant le très bon magazine Tsugi dont je suis un abonné fidèle a fait de cet album son album du mois de mai et m’a convaincu de donner une seconde chance à ce Drift, les mots de Sébastien Devaud s’avérant d’une grande franchise: « On vit tous dans une sorte de schizophrénie où on a envie d’écouter à la fois Rihanna et Aphex Twin. Mais aujourd’hui, la façon de consommer la musique, avec notamment les playlists, fait qu’il n’y a plus de jugement de valeur. Drift, c’est s’autoriser ces dérapages. Cet album est une envie de se faire plaisir et d’assumer mes contradictions et mes choix, peut-être plus commerciaux que ce que j’ai pu faire par le passé. » Force est de constater que j’ai bien fait de donner une seconde chance à cet album que je prends de plus en plus de plaisir à réécouter, une fois accepté le postulat de base que nous nous trouvons face à une playlist quelque peu destructurée…

Le morceau d’ouverture Embrace avec la chanteuse Phoebe Killdeer nous propose d’emblée une électro-pop assez bien sentie avec des synthés planants qui ne sont pas sans nous rappeler des atmosphères aperçues dernièrement chez Blow par exemple. Cependant, dans ce registre, je préfère You’re Not Alone et le flow plus sombre de Blasé qui m’évoquent un croisement plus subtil entre Modeselektor et The Blaze. En tout cas, après deux titres, bien habile serait l’auditeur qui aurait deviné que nous sommes dans un album d’AgoriaArêg vient alors nous rassurer par la richesse de sa structure, on part sur une plage de douceur qui rompt bien avec le morceau précédent avant d’inlassablement monter en puissance avec un sentiment d’urgence obsédant digne des grandes envolées électroniques de Birdy Nam Nam pour finir sur un piano apaisé. Passé le dispensable It Will Never Be The Same et ses 2 petites minutes, Call Of The Wild nous projette de nouveau dans un univers totalement différent avec un son techno plus âpre et le hip-hop de STS pour un résultat plein de caractère qui me séduit amplement (#vivelaguitaredefin).

Le florilège d’influences se perpétue, on a de la techno martiale avec un Dominae très influencé par les premiers albums de Vitalic et des synthés aériens sur le A One Second Flash qui nous rappellent qu’Agoria a été très proche de Francesco Tristano et son ancien groupe Aufgang. (#promisjevaismecalmersurlenamedropping). Le trio final clot superbement l’album: la voix soul de NOEMIE illumine de tout son talent la pépite électro-pop Remedy, Scala en featuring avec Jacques revisite judicieusement le titre sorti en 2013 chez Innervisions pour une électro soignée dont la guitare est juste jouissive et mériterait de figurer chez Thylacine alors que le morceau final Computer Program Reality nous ramène à la douceur d’Arêg et évoque les plaines sauvages de Boards of Canada (#perdupourlafindunamedropping…)

Voilà en tout cas un album très riche qui d’une certaine manière réhabilite les plaisirs coupables de tout passionné de techno et ça c’est déjà une sacrée performance. Enjoy!

Sylphe

Review n°30: To Be Continued… de Tropical Mannschaft (2019)

Belle découverte en perspective aujourd’hui avec Tropical Mannschaft dont le nomTropical Mannschaft farfelu et original ne cache pas de la pop caribéenne agrémentée de rythmiques martiales teutonnes (#stereotypesquandtunoustiens) mais plutôt une pop jouissive toute en contrastes entre luminosité apaisée et nappes de brouillard mélancoliques. Derrière ce nom on retrouve l’ancien guitariste de The Lanskies Florian von Künssberg qui avait déjà sorti un premier EP en 2016 intitulé Make a Name for Yourself et nous offre avec ce second EP To Be Continued… plein de belles promesses musicales qui, je l’espère, auront la possibilité dans le futur de s’exprimer pleinement dans un LP.

Le morceau d’ouverture Wonderful Life frappe fort d’emblée avec une pop aérienne, la voix traitée judicieusement avec de la réverb m’évoque Sébastien Schuller (dont on regrette le silence depuis 5 ans au passage) et les sonorités sont étonnamment mélancoliques. Les synthés me plongent dans une version pop de la BO de Virgin Suicides d’Air, bref vous l’aurez compris avec les multiples références de qualité ce titre est un pied d’appel parfaitement réussi. La beauté des dieux vient ensuite proposer une pop chantée en français sur un fond dominé par les synthés, titre qui devrait satisfaire les fans d’un des phénomènes du moment Flavien Berger. De mon côté je suis davantage séduit par le single Up The Hill et son clip digne de Michel Gondry à visionner à la fin. La guitare est de sortie, le refrain tout en rupture est brillant et addictif, le résultat est gourmand et m’évoque les délires du troisième excellent album de MGMT. Voilà pour moi la définition parfaite d’une pop hédoniste qui appelle la saison estivale.

Les guitares plus rock de Himalaya donnent encore plus de corps à ce To Be Continued… alors que Guru continue à creuser le sillon d’une pop séduisante et empreinte de sensualité avec ses choeurs féminins bien sentis. Le morceau final Leave Me Out referme brillamment l’album avec ses sonorités plus électro, créature hybride née de la rencontre entre MGMT et Midnight Juggernauts, avec Air qui filme en fond les ébats. Il démontre le potentiel de Tropical Mannschaft pour aller taquiner les dance-floors et fait de cet EP une des plus belles découvertes de ce printemps. Enjoy!

Sylphe

Pépite du moment n°34: Sleeper de Trentemøller (2019)

On ne présente plus le compositeur danois de musique électronique Trentemøller (#prétéritionenapproche) qui s’est imposé depuis une grosse dizaine d’années comme un des orfèvres d’une électro à l’éventail très large, allant de l’ambient aérien de Boards of Canada au bruitisme d’Amon Tobin. Au milieu de la discographie gargantuesque du dj danois, je retiens trois albums véritablement fondateurs de ma culture électronique avec le bijou inquiétant qui s’apparente à une promenade nocturne en forêt The Last Resort (2006), mon préféré Into The Great Wide Yonder (2010) qui regorge de diamants sonores ( Sycamore Feeling, Past The Beginning Of The End, ...Even Though You’re With Another Girl, Häxan) et le cinétique Lost dont les titres The Dream et Gravity ont le potentiel à illuminer vos jours les plus sombres par leur grâce.

Il ne sera pas difficile de comprendre ma tendance à être à l’affût de toute nouvelle concernant Anders Trentemøller et, il y a tout juste trois jours, le single Sleeper vient de sortir, annonçant un futur successeur au Fixion de 2016. Le clip en slow-motion dans un noir et blanc tellement esthétique résume à lui seul le titre, un morceau très cinétique qui se déploie aussi majestueusement que ce pigeon avec une palette de sons assez habituelle. Une énième preuve de la richesse incommensurable de la musique électronique, enjoy!

Pour mémoire Trentemøller c’est aussi ce genre de bijou…

Sylphe

Interview n°2: Zimmer

Nous parlions dernièrement sur Five-Minutes d’une belle pépite de house hypnotisante d’un jeune français Zimmer (voir ici ). Ayant pleinement conscience de notre lourdeur à parler en introduction de son homonyme compositeur de musique de cinéma, on a eu envie de faire plus ample connaissance avec Zimmer et voilà chose faite avec cette interview qui vous permettra de découvrir plus précisément cet artiste en devenir…

1/ Bonjour Zimmer, peux-tu tout d’abord te présenter aux lecteurs de Five-Minutes?

Hello! Je compose et je joue de la musique électronique en live et DJ sous le nom de Zimmer.

 

2/ Pourquoi ce choix de nom d’artiste?

J’avais envie d’un nom à consonance germanique. J’ai ouvert un dictionnaire d’allemand et c’est le premier mot qui a attiré mon attention. Je me suis pas posé plus de questions et je l’ai adopté.

 

3/ Comment définirais-tu ta musique?

Electronique, planante, dansante, nostalgique, euphorique.

 

4/ Peux-tu me dire quelles sont tes influences et quels artistes/groupes tu aimes?

Les artistes qui m’ont fait rentrer dans la musique électronique à l’adolescence: Laurent Garnier, Chemical Brothers, Air, Paul Kalkbrenner. Puis la vague Disco de 2010, Breakbot, Aeroplane, Todd Terje, la dream-pop de Caribou et Washed Out. Et aussi la scène anglaise, John Hopkins, Jamie xx, Four Tet, Bonobo puis des artistes comme Rone, Moderat, John Talabot, David August, Jacques Greene.

 

5/ Quel titre représente le mieux ta musique et pourquoi?

Landing que j’ai sorti l’année dernière. C’est à la fois calme et intense, avec une euphorie teintée de nostalgie.

C’est aussi un titre avec une histoire, un hommage à mon père et une découverte scientifique majeure.

6/ Quel jeune artiste aimerais-tu aider à promouvoir?

Allez écouter Saint DX.

 

7/ Quel est en ce moment ton groupe/artiste préféré?

J’écoute beaucoup l’album de Miel de Montagne qui vient de sortir. J’adore le disco chanté en français.

Mention aussi pour le nouvel album de Folamour, il y a des titres de house sublime dedans.

 

8/ Si nous devions détruire tous les albums musicaux sur Terre lequel sauverais-tu?

I See You de The XX. C’est le dernier album que j’ai le plus écouté du début à la fin.

 

9/ Et si tu devais ne sauver qu’un titre lequel serait-ce?

Blue Gas – Shadows From Nowhere.

Mais je réponds sûrement ça parce que je suis en train d’écrire tôt le matin, j’ai envie d’un morceau calme.

 

10/ Et maintenant un peu de place pour dire ce que tu veux

Allez regarder le clip de Mayans !

La réalisatrice Claire a créé un monde incroyable dedans.

 

Sylphe

Clip n°11: Voodoo In My Blood de Massive Attack feat. Young Fathers (2016)

Attention titre et clip brillants de noirceur et étouffants à souhait… découverts par le plusMassive Attack pur des hasards dans le puits sans fond qu’est Youtube… Je devais vivre dans une grotte mais en 2016 j’ai totalement raté l’EP de Massive Attack Ritual Spirit où les invités de marque abondaient, Tricky, Roots Manuva et Young Fathers qui m’avaient filé une gifle monumentale en 2014 avec DEAD.

Voodoo In My Blood, le titre du jour, voit donc Young Fathers poser son flow acéré sur un univers torturé et angoissant où les sonorités électroniques tissent un univers anxyogène qui vient nous écraser et nous oppresser. Aucune touche d’espoir, le morceau nous impose une véritable apnée électronique et nous laisse brisés… mais que dire du sublime clip qui l’accompagne? Dans un univers futuriste où l’on sent d’emblée la notion de danger avec ce couloir souterrain et ce thème habituel du bruit angoissant des talons sur le sol, une machine vient littéralement prendre le pouvoir de la brillante et horriblement séduisante Rosamund Pike pour une scène d’une rare violence physique et psychologique qui aurait pleinement mérité de figurer dans Black Mirror. Parabole évidente montrant à quel point les machines aliènent les hommes, le clip est porté par la performance majuscule de Rosamund Pike qui joue à merveille la volonté de s’opposer à cette créature et la soumission qui lui est imposée… Tout simplement brillant!

Sylphe