Pépite du moment n°61: ROADS Vol.2 de Thylacine (2020)

Si vous êtes un lecteur régulier de ce blog, vous savez que le ROADS Vol.1 de ThylacineThylacine Vol.2 est assez incontestablement mon album préféré de 2019 (à relire au cas où par ici )… Du coup, il paraissait bien improbable que je ne vous parle pas de ce volume 2 dont j’avais déjà savouré les prémisses à travers la sortie du clip magnifique d’Alda. Malheureusement pour moi et je l’espère pour vous, ce deuxième volume qui délaisse l’Amérique du Sud pour se tourner vers les contrées sauvages des Iles Féroé est un simple EP de 4 titres pour 23 minutes, d’autant plus courtes qu’elles sont fidèles au premier opus et juste sublimes.

Le paysage est forcément différent et la lumière apaisante de l’Argentine a laissé la place aux embruns et aux côtes acérées. L’atmosphère est ainsi plus sombre et plus âpre, tout en gardant une réelle beauté picturale. Saksun (du nom d’un village féroïen) ouvre le bal tout en douceur avec ses sonorités aquatiques, ses suaves accords de guitare et sa rythmique croissante reconnaissable entre toutes, ce titre fonctionne parfaitement et s’inscrit dans la droite lignée du premier volume. Alda affirme ensuite son identité plus sombre, les sonorités âpres qui lorgnent vers une house sensuelle se marient avec délices au bruit des vagues avant que le saxophone ne vienne illuminer l’ensemble. Le contraste entre le saxophone et les boucles électriques porte le titre qui, vous le verrez, a la chance d’être illustré par un clip qui devrait vous convaincre d’aller visiter les Iles Féroé…

Eysturoy qui fait appel au chant intemporel d’Eivør vient ensuite frapper fort avec sa rythmique tout en ruptures. J’imagine un croisement entre le chamanisme celtique d’une Fever Ray et la virtuosité classique d’Aufgang pour un résultat assez surprenant. La fin du morceau avec le saxophone et la voix d’Eivør est très poétique. Stormur (on avait déjà entendu un Stormur chez les Islandais de Sigur Ros dans le plus sombre Kveikur… #coïncidence #orfèvressonores)  vient ensuite brillamment clore l’EP dans une atmosphère à la Jon Hopkins… Le son entre electronica et techno est d’une intensité folle et toujours grandissante pour un résultat qui s’adresse davantage au corps et donne envie de bouger… Il ne fallait décidément pas plus de 23 minutes à Thylacine pour nous désarmer de nouveau, enjoy!

Sylphe

Five Titles n°9: See You Tomorrow de The Innocence Mission (2020)

Une parenthèse de douceur pour réchauffer les coeurs, voilà l’impression qui me The Innocence Missionparcourt à l’écoute de ce douzième opus du duo folk américain The Innocence Mission… Question innocence, je suis clairement au summum car je ne connais que vaguement de nom ce groupe composé de Karen et Don Peris et dès lors je me sens investi d’une mission… rattraper l’écoute des onze précédents? (#ouflesvacancesapprochent) Non, déjà plus humblement partager avec vous la beauté de cette petite trentaine de minutes touchées par la grâce, ce See You Tomorrow qu’on brûle d’écouter dès maintenant en sachant qu’on le savourera encore le lendemain.

La formule folk de cet album est d’une simplicité désarmante avec d’un côté la voix fluette et enfantine de Karen qui dégage une douceur mélancolique émouvante et de l’autre côté une instrumentation toute en sobriété où la guitare se fait la part belle. Avec ce See You Tommorow, on se retrouve plongés au milieu d’une vaste plaine en plein milieu hippie avec pour seul objectif de savourer la nature environnante… Cinq titres devraient vous donner une idée un peu plus précise de l’univers de The Innocence Mission.

1. Le morceau d’ouverture The Brothers Williams Said met d’emblée la voix de Karen en avant avec un univers assez dépouillé. Le piano laisse cependant peu à peu la place à une batterie qui donne une saveur plus pop-folk au titre. Le résultat est d’une belle intensité et les See You Tomorrow mélancoliques à souhait…

2. On Your Side s’impose comme un superbe morceau guitare/voix. L’univers n’est pas sans rappeler les grandes heures de Beirut et plus particulièrement Sufjan Stevens. La parenté entre ce dernier et The Innocence Mission est plus qu’évidente et savoureuse.

3. La ballade John As Well devrait permettre de tester votre résistance lacrymale. Les notes de piano et les répétitions du refrain mettront à mal votre petit coeur, n’en doutez pas…

4. Mary Margaret in Mid-Air nous ramène vers la folk des années 60 et j’apprécie tout particulièrement le mariage des deux voix, situation assez rare tant la voix de Karen surplombe cet album.

5. Stars that Fall Away From Us est le bijou pop-folk de cet album et semble tout droit sorti du Illinoise de Sufjan Stevens. L’orchestration plus riche avec les cuivres est juste sublime.

Je vous laisse avec le morceau final I Would Be There qui part sur des accents dignes de Sigur Ros pour se transformer subtilement en un morceau pop-folk des années 70 et retourne me lover dans mon canapé, enjoy!

Sylphe