Interview n°4: Equateur

Après un Burn The Sun remarqué et remarquable en 2018, Charles Rocher alias EquateurEquateur nous revient avec un single rafraîchissant Pelican qui collera parfaitement à notre bande-son estivale. On vous propose de faire plus ample connaissance avec Equateur et c’est ici, sur Five-Minutes que ça se passe, enjoy!

 

1/ Bonjour Equateur, pourquoi ce choix de nom d’artiste? Pourrais-tu nous présenter le groupe et le nouvel EP, en particulier le titre Pelican?

J’ai sorti il y a un an  Burn The Sun  mon premier album en anglais influencé par MGMT, les Bee Gees, Empire Of The Sun, et je me lance dans un nouvel album en français qui sera plus entre pop synthétique  et R’n’b revisité à la The Weeknd ou New Wave bien 80´s,  il y aura plusieurs styles…
2/ Comment définirais-tu ta musique?
Hybride, mélodique, cinématographique, colorée, naïve et eighties vs moderne.
3/ Peux-tu me dire quelles sont tes influences et quels artistes/groupes tu aimes?
Mes influences sont très italo-disco et synthwave.
J’aime Daft Punk, François de Roubaix, Gainsbourg, Tellier, MGMT, Jonah Smith, SebastiAn…
4/ Quel titre d’Equateur représente le mieux ta musique et pourquoi?
The Lava car il est contenu et puissant mélodiquement, ça c’est ma came.
Sincère.
Fait pour être en voiture et aller à fond.

5/ Quel jeune artiste aimerais-tu aider à promouvoir?

Gabriel dont je fais les arrangements qui a sorti un premier son sur Kitsuné parisien 5 entre Chromeo, Daft Punk et Phoenix.

 

6/ Quel est en ce moment ton groupe/artiste préféré?

Pas évident… je dirais SebastiAn.

 

7/ Si nous devions détruire tous les albums musicaux sur Terre lequel sauverais-tu?

Pink Floyd avec la pochette de Dark Side Of The Moon.

 

8/ Et si tu devais ne sauver qu’un titre lequel serait-ce?

Hotel California des Eagles.

 

9/ Une question qui ne t’a jamais été posée et que tu aimerais que l’on te pose?

Comment fabrique-t-on de la musique?

Sylphe

Interview n°3: Tropical Mannschaft

Je vous faisais part dernièrement de tout le bien que je pensais de l’EP To Be Continued… Tropical Mannschaft Interviewde Tropical Mannschaft (voir ici ). Histoire de prolonger le plaisir je vous invite à faire la connaissance de Florian von Künssberg (à droite sur la photo je préfère préciser) qui se cache derrière ce beau projet!

1/ Bonjour Tropical Mannschaft, pourquoi ce choix de nom d’artiste ? Pourrais-tu nous présenter le groupe et le nouvel EP?

Bonjour, j’ai comme beaucoup choisi ce nom par hasard, j’aimais l’opposition que constituent ces deux mots. Je fais une musique sans contraintes, il me fallait trouver un nom de projet sans connotation… Et puis ça tabasse non ?
Je fais la musique seul à la maison et j’écris les textes, ensuite je rejoins mon pote Antony Josse qui tient un studio à côté de Caen (le studio Télémaque) et nous arrangeons les morceaux ensemble. C’est un véritable petit labo de recherche, on sort des claviers vintage, des vieux samplers et boîtes à rythmes, on branche des tas d’effets partout et on s’amuse, la base est toujours quasiment finie, ensuite il y a  beaucoup de spontanéité pour les arrangements.
Pour la scène, je suis accompagné d’Antony à la guitare, sampler et clavier et de Damien sampler , claviers.

2/ Comment définirais-tu ta musique?

Difficile de définir ce que l’on produit. C’est un Melting Pot qui trouve ses inspirations dans la Pop, la musique psychédélique, le Hip Hop et l’électro. On apporte énormément de matière aux maquettes de base avec des samples, des effets, des instruments traditionnels, des rythmes Hip Hop ou trip hop, ensuite on épure.

3/ Peux-tu me dire quelles sont tes influences et quels artistes/groupes tu aimes?

Mes influences sont à l’image de la musique que je fais, elles sont extrêmement variées. Ça va de la pop 60’s comme les Beach Boys ou Them en passant par Damon Albarn, Gorillaz, Daniel Johnston, Metronomy, Mac de Marco ou encore des groupes plus psyché allant de Pink Floyd à MGMT ou Tame Impala. Côté français j’adore Air, Flavien Berger, Antoine Antoine Antoine…

4/ Quel titre de l’EP représente le mieux ta musique et pourquoi?

Je ne pourrais pas choisir un titre, je pense que l’ensemble de l’EP représente ma musique et comme tu l’auras sans doute noté ça part dans tous les sens j’essaie juste au travers de mes productions de donner une cohérence à tout ça.

5/ Quel jeune artiste aimerais-tu aider à promouvoir?

On ne peut pas dire qu’ils soient spécialement jeunes, mais j’ai écouté un titre de Voyageur, le projet de Remi Lelièvre, ex chanteur de Da brasilians. Je crois qu’il compose actuellement, c’est une belle pop chantée en français avec des visuels superbes qu’il dessine lui-même… C’est à suivre.

J’aime aussi beaucoup un rappeur anglais Jamie Broad de Liverpool que mon pote Lewis Evans avec qui j’ai joué dans les Lanskies m’avait fait découvrir, je le suis depuis des années.

6/ Quel est en ce moment ton groupe/artiste préféré?

En ce moment je me gave de Flavien Berger, j’adore la recherche dans ses sons et son univers si singulier.
J’écoute toujours beaucoup Mac de Marco le plus cool, je me suis fais une petite cure de Beck récemment, je l’ai beaucoup écouté et tellement d’autres groupes plus rock, Idles, Foals, Sleaford Mods… beaucoup de Hip Hop plutôt old
school americain et anglais.

7/ Si nous devions détruire tous les albums musicaux sur Terre lequel sauverais-tu?

Pet sounds des Beach Boys

8/ Et si tu devais ne sauver qu’un titre lequel serait-ce?

God only Knows  je pense ne jamais pouvoir me lasser de ce morceau, c’est un chef d’oeuvre.

9/ Une question qui ne t’a jamais été posée et que tu aimerais que l’on te pose ?

Tu préfères ton bassiste ou ton batteur ?
(Aucun, d’ailleurs je n’ai ni bassiste, ni Batteur).

Sylphe

Interview n°2: Zimmer

Nous parlions dernièrement sur Five-Minutes d’une belle pépite de house hypnotisante d’un jeune français Zimmer (voir ici ). Ayant pleinement conscience de notre lourdeur à parler en introduction de son homonyme compositeur de musique de cinéma, on a eu envie de faire plus ample connaissance avec Zimmer et voilà chose faite avec cette interview qui vous permettra de découvrir plus précisément cet artiste en devenir…

1/ Bonjour Zimmer, peux-tu tout d’abord te présenter aux lecteurs de Five-Minutes?

Hello! Je compose et je joue de la musique électronique en live et DJ sous le nom de Zimmer.

 

2/ Pourquoi ce choix de nom d’artiste?

J’avais envie d’un nom à consonance germanique. J’ai ouvert un dictionnaire d’allemand et c’est le premier mot qui a attiré mon attention. Je me suis pas posé plus de questions et je l’ai adopté.

 

3/ Comment définirais-tu ta musique?

Electronique, planante, dansante, nostalgique, euphorique.

 

4/ Peux-tu me dire quelles sont tes influences et quels artistes/groupes tu aimes?

Les artistes qui m’ont fait rentrer dans la musique électronique à l’adolescence: Laurent Garnier, Chemical Brothers, Air, Paul Kalkbrenner. Puis la vague Disco de 2010, Breakbot, Aeroplane, Todd Terje, la dream-pop de Caribou et Washed Out. Et aussi la scène anglaise, John Hopkins, Jamie xx, Four Tet, Bonobo puis des artistes comme Rone, Moderat, John Talabot, David August, Jacques Greene.

 

5/ Quel titre représente le mieux ta musique et pourquoi?

Landing que j’ai sorti l’année dernière. C’est à la fois calme et intense, avec une euphorie teintée de nostalgie.

C’est aussi un titre avec une histoire, un hommage à mon père et une découverte scientifique majeure.

6/ Quel jeune artiste aimerais-tu aider à promouvoir?

Allez écouter Saint DX.

 

7/ Quel est en ce moment ton groupe/artiste préféré?

J’écoute beaucoup l’album de Miel de Montagne qui vient de sortir. J’adore le disco chanté en français.

Mention aussi pour le nouvel album de Folamour, il y a des titres de house sublime dedans.

 

8/ Si nous devions détruire tous les albums musicaux sur Terre lequel sauverais-tu?

I See You de The XX. C’est le dernier album que j’ai le plus écouté du début à la fin.

 

9/ Et si tu devais ne sauver qu’un titre lequel serait-ce?

Blue Gas – Shadows From Nowhere.

Mais je réponds sûrement ça parce que je suis en train d’écrire tôt le matin, j’ai envie d’un morceau calme.

 

10/ Et maintenant un peu de place pour dire ce que tu veux

Allez regarder le clip de Mayans !

La réalisatrice Claire a créé un monde incroyable dedans.

 

Sylphe

Interview n°1: Marvin Jouno

Le 4 février dernier, nous parlions ici même du titre Sur Mars (voir ici ), morceau éponyme du deuxième album parfaitement abouti de Marvin Jouno. Ce genre d’album qu’on prend plaisir à savourer en ayant l’infime espoir d’en savoir plus sur la genèse par le biais de l’artiste… Les réseaux sociaux, si souvent décriés, nous ont permis de contacter Marvin Jouno qui s’est spontanément et humblement livré au jeu de l’interview. C’est avec une fierté non dissimulée que nous ouvrons cette nouvelle rubrique et vous laissons faire la connaissance de Marvin Jouno

1/ Bonjour Marvin, peux-tu tout d’abord te présenter?

Je suis auteur, compositeur, interprète.

Je viens de sortir mon 2nd album s/Mars.

Je suis actuellement en tournée.

J’essaye de réaliser une pop contemporaine chantée en français.

Pour en savoir +: https://fr.wikipedia.org/wiki/Marvin_Jouno

2/ Pourquoi ce choix de nom d’artiste et l’absence d’un pseudonyme?

J’ai longtemps cherché… n’ai jamais trouvé de pseudonyme.

Alors je me suis tourné vers ce qui existait déjà.

Ce prénom et ce nom qui depuis lors, m’échappent un peu parfois.

3/ Tu as commencé par le cinéma, comment la musique est-elle entrée dans ta vie?

La musique a toujours été très présente chez mes parents.

De la soul music, du reggae, du rock anglais, de la cold wave, de la chanson française…

Je me suis émancipé de ces goûts à l’adolescence: avec les Doors, les Beatles, le jazz, la musique concrète, la pop: Björk et Radiohead, le hip-hop.

A 17 ans, je suis passé de l’autre côté du miroir en jouant de la basse dans un groupe de lycéens. J’ai marqué une petite pause le temps de mes études de mise en scène puis ai repris la musique grâce à l’apprentissage de la M.A.O.

4/ Comment définirais-tu ta musique?

Une pop en VF.

Je n’aime pas les étiquettes réductrices de « chanson française » et/ou « variété française ».

J’écris des chansons françaises.

Le postulat de départ étant de proposer une pop exigeante d’inspiration anglo-saxonne chantée en français.

Etant donné que j’écoute de tout – j’aime y mêler des incursions urbaines, électro, rock, dub…

Je ne me refuse rien – je tiens aujourd’hui à proposer des chansons françaises contemporaines.

5/ Peux-tu me dire quelles sont tes influences et quels artistes/groupes tu aimes?

Mes oreilles sont un tel maelström qu’il m’est bien difficile de citer des influences précises. Je n’écoute pas beaucoup de productions françaises en règle générale. Les derniers albums de Frank Ocean/ Bon Iver/ Likke Li m’ont profondément marqué dans la conception de ce 2nd album.

En parallèle j’écoutais beaucoup de B.O, de piano solo, d’électro minimale issus bien souvent de la scène nordique (Islande, Allemagne etc…)

Des titres écoutés en boucle toute la journée afin de composer une BO qui me permettait de rêvasser, écrire, travailler.

6/ Quel titre de l’album Sur Mars le représente le mieux et pourquoi?

L’Inconnue représente bien l’aspect schizophrène de mon projet. Tout y est fausse piste. On pense à une chancon classique. Et puis arrive une rythmique trap, de l’autotune sur le refrain. Le second couplet part en dub pour finir sur un outro très électro avec une voix aau vocodeur. J’aime par-dessus tout les titres à mouvements. L’idée était de signifier un voyage en bateau lors d’une tempête.

7/ Quel jeune artiste aimerais-tu aider à promouvoir?

Oulala – je me trouve très mal placé pour promouvoir un quelconque jeune artiste… Hier j’écoutais les EP de Petit Prince par exemple. Mais il n’a pas besoin de mon coup de pouce je crois bien. 😉

8/ Quel est en ce moment ton groupe/artiste préféré?

J’écoute beaucoup le dernier album de Foals.

Il me ramène en 2010 avec Spanish Sahara écouté à maintes reprises dans une Fiat 500 sur les routes de Sicile.

9/ Si nous devions détruire tous les albums musicaux sur Terre, lequel sauverais-tu?

Quelle horrible perspective. A Love Supreme de John Coltrane.*

10/ Et si tu devais ne sauver qu’un titre lequel serait-ce?

Wild is the wind de Nina Simone.

11/ Une question qui ne t’a jamais été posée et que tu aimerais que l’on te pose?

« Voudrais-tu travailler avec moi sur mon prochain album? »

Sylphe