Pépite intemporelle n°31 : Bigmouth strikes again (1986) des Smiths

Parce que la semaine est décidément bien chargée, et aussi remplie de tout un tas de news toutes plus ahurissantes et connes les unes que les autres (#vivelesystèmeetsesaberrations), une bonne plongée dans le rock s’impose. On l’a déjà dit ici, et on ne le redira jamais assez, le rock c’est la vie, et parfois le rock peut sauver la vie. Le son du jour nous ramène 33 ans en arrière, au cœur du 3e album studio des Smiths, The Queen is dead.

Sans doute mon album préféré, même si les autres sont tout aussi recommandables, cet opus recèle 10 pépites, mais nous nous arrêterons sur Bigmouth strikes again. Littéralement, « La grande gueule frappe encore ». Il y a bien sûr ce message-titre, qui nous rappelle que, dans ce monde sans pitié (au passage, un excellent film d’Eric Rochant, de 1989, à revoir d’urgence), il vaut mieux jouer les rageux et l’ouvrir un peu et quand il le faut pour défendre ce à quoi l’on croit. Sans quoi on prend le risque de se faire croquer tout cru.

Au-delà de cette intention rageuse et de la violence des paroles, il y a surtout une énergie ahurissante, portée à la fois par la voix de Morrissey et la guitare claire et aérienne de Johnny Marr. Putain ce riff-gimmick de guitare ! Que l’on retrouvera d’ailleurs presque note pour note, comme un clin d’œil, chez l’excellent Nakhané dans son titre Clairvoyant (2017).

Je m’égare… si peu. Bigmouth strikes again et par extension The Smiths, ce sont des images du passé, des moments de vie au lycée, l’audace de la jeunesse et la timidité de l’adolescence, le goût des premières bières au bar, la fille du 3e rang en cours de philo qui me plaisait hyper de ouf et que j’ai jamais osé aborder, la fumée des premiers clopes au bord de l’eau, les interrogations sur l’avenir, le bac en approche, le départ vers les études, l’envie de bouffer le monde et, souvent, l’incapacité à le faire. Le doute à combattre jour après jour. L’enfermement dans des blocages de merde d’où seule la musique pouvait me tirer.

Il y a eu une palanquée de sons accompagnants et salvateurs comme ça. Le Velvet, les Stones, Pink Floyd, Led Zep, les Doors, et bien d’autres. Les Smiths en font partie. Et ce titre-là n’y est pas étranger.

Raf Against The Machine

Pépite intemporelle n°30 : Mars balnéaire (2014) de Flavien Berger

Amis lecteurs, que faites-vous donc par ce beau et chaud week-end ? Les possibilités ne manquent pas, et selon où vous vous trouvez actuellement, les occupations peuvent être diverses et variées. Une pétanque à l’ombre des platanes, un coup de pêche à la ligne, une sortie vélo, une séance shopping dans l’ambiance climatisée des grands magasins, une séance lecture de Vernon Subutex dans le jardin avec un thé (vert, on ne le dira jamais assez) à portée de main, une sieste (crapuleuse ou pas) au creux du canapé tous volets tirés… D’autres encore seront les pieds dans l’eau océanique, ou bien à savourer des températures moins harassantes à proximité de chez nos amis belges avec, cette fois, une bonne bière fraîche (ambrée, on ne le dira jamais assez) à portée de main.

En ce qui me concerne, j’ai une furieuse envie qui pourrait regrouper à peu près tout ça, et bien plus si affinités. Envie d’ailleurs, de grand air, il me semble que c’est le moment de se faire une virée sur Mars Balnéaire. Voilà un lieu à la fois étrange et captivant d’où Flavien Berger nous a envoyé une carte postale voilà déjà 5 ans. C’est un coin que j’ai déjà parcouru à plusieurs reprises, un endroit auquel je repense régulièrement. Où je me transporte quand j’ai besoin de me retrouver dans ma bulle. Dont j’ai envie de vous parler.

Accueillis par des sonorités électro et simili-tibétaines, on y entre en tongs, en baskets, ou tout simplement pieds nus, parce qu’après tout pieds nus on est bien. Il suffit ensuite de se laisser glisser sur les mots de Flavien Berger : « Plus de Lune, juste une Terre / Dans le ciel, face au désert / Mille dunes, sous la mer / Artificielle et circulaire ». Une ambiance irréelle, surréaliste, d’une autre dimension et à la fois très palpable, portée par des boucles qui sentent un peu le dub, mais un dub en apesanteur. Normal, on est sur Mars.

Et, clairement, aucune envie d’être ailleurs. Je vous encourage à aller tremper vos corps échauffés et vos oreilles impatientes (et inversement) dans le liquide de cette station balnéaire pas comme les autres. Difficile de retranscrire les sensations qu’on trouve sur place. C’est à la fois de l’excitation, de l’incrédulité, de la fascination, un incroyable univers des possibles. Une attraction encore jamais connue qui changera votre vie pour toujours. Une sorte de truc qui fait bander la vie. Moi aussi, « J’aime Mars pour sa lumière, pour toutes les choses que je peux y faire / Me baigner dans les cratères sous la tempête de poussière / Me délecter de ta chair à l’ombre des panneaux solaires ».

Il y a tout ça à faire sur Mars balnéaire. Tout ça et bien plus. Il y avait un bon moment que je voulais vous parler, sans réussir à trouver les bons mots, de cet incroyable petit coin du monde auquel je ne connais aucun équivalent. Je ne sais si j’y suis parvenu, par ces quelques touches verbales, mais j’espère que le message est passé et que vous oserez franchir le pas et découvrir ce bon son. Que dis-je, cette exquise bulle sonore et vitale dont je ne suis, manifestement, jamais vraiment revenu.

Raf Against The Machine

Pépite intemporelle n°29 : Infinie solitude (2004) de Bazbaz

Après le Massive Attack ressorti des années passées par Sylphe, on continue notre balade dans le rétroviseur avec un titre de Bazbaz qui affiche déjà 15 années au compteur. Pourquoi cette Infinie solitude (2004) m’est remontée à la surface soudainement ? Je n’en sais rien, même si j’en ai en fait une petite idée.

Bazbaz, c’est Camille Bazbaz, qui fut initialement organiste du Cri de la Mouche, un groupe actif entre la fin des années 80 et le milieu des années 90. Avec des titres comme J’aime les escalators ou Les seins de ma femme, la formation se fait une place dans la scène rock française de l’époque, et dans nos oreilles aussi. C’était cool Le cri de la Mouche. C’est moins cool que ça se soit définitivement arrêté en 1996 avec le décès du chanteur, Thomas Kuhn.

Bazbaz, c’est ensuite une carrière solo, entre BO de films pour Pierre Salvadori et albums studios. Ces derniers étant en solo, ou accompagnés de bien belle manière par Winston Mc Anuff, musicien reggae trop méconnu à mon goût. Infinie solitude ouvre Sur le bout de la langue, 3e opus de Bazbaz qui recèle bien d’autres titres assez ouf : pour ne citer que ceux-là, allez aussi écouter Tutto va bene, Crocodile, ou encore l’excellent Psychologie féminine qui clôt la galette.

Infinie solitude, c’est quoi ? Un parfait morceau d’ouverture d’album et d’entrée dans l’univers doux-amer de Bazbaz. Porté par un orgue omniprésent, le texte donne le ton : « Puisque qu’on a fait c’que l’on a pu / Puisqu’on n’a plus c’que l’on avait / C’qu’on a vécu, on l’a perdu / Dans notre infinie solitude ». Sur le fond, puisque Bazbaz, au fil de ses morceaux, interroge la vie, le temps qui passe, ce qui reste, ce qui s’en va, et finalement ce qui nous reste et nous constitue. Sur la forme aussi, avec cet incessant travail sur les sonorités des mots et sur les boucles verbales. Tout ceci dans une fausse nonchalance teintée de nostalgie mais aussi d’une furieuse tendance à glander, à jouir de la vie et à jouir tout court.

Infinie solitude, c’est le parfait morceau qui va tout à la fois gratter un peu là où ça démange quand tu te réveilles seul et étaler un baume apaisant sur ces constats et questionnements de l’esprit. C’est la force de cette pépite intemporelle. Une sorte de son à double effet qui accompagne ta propre solitude pour le meilleur et pour le pire, pour le pire et pour le meilleur.

Pourquoi cette Infinie solitude m’est remontée à la surface soudainement ? J’en ai une petite idée. En fait, je sais très exactement pourquoi.

Raf Against The Machine

Pépite intemporelle n°28: A New Error de Moderat (2009)

Lorsque Gernot Bronsert et Sebastian Szary de Modeselektor et Sascha RingModerat d’Apparat décident d’unir leurs talents pour créer le groupe Moderat, c’est peu dire que les attentes sont grandes… Il ne faudra pas longtemps pour prouver que le résultat de cette association est brillant avec le premier album Moderat en 2009 et le morceau d’ouverture A New Error que je veux partager avec vous aujourd’hui. Ce titre est venu raviver mes souvenirs par le plus grand des hasards à travers le final riche en émotions de la série Vernon Subutex (pour la série en elle-même j’ai un avis plus mitigé mais là n’est pas la question) qui vient clore une BO rock d’une très grande qualité.

Rarement une erreur ne m’aura à ce point rendu dépendant, on fait difficilement mieux dans la catégorie électro hypnotique. Un son bien lourd qui vient superposer sa rythmique martiale sur des sons plus aériens pour faire frissonner et réveiller le démon de la danse, ce morceau parle aussi bien à l’esprit par la richesse de sa construction qu’au corps. Je vous mets tout simplement au défi de ne pas abuser du repeat et de ne pas hocher la tête de manière incontrôlable… Enjoy!

En cadeau le clip réalisé par Xavier Dolan et un live transcendental…

Sylphe

Pépite intemporelle n°27: Désert d’Emilie Simon (2003)

Lundi difficile? Besoin de vous poser au calme, un casque sur les oreilles? J’ai ce qu’il Emilie Simonvous faut dans mon puits sans fond des pépites intemporelles et dégaine aujourd’hui mon atout charme et douceur en la personne d’Emilie Simon. J’ai fait la découverte de cette belle sensibilité dès son premier album Emilie Simon en 2003 lorsque cette dernière était sous totale influence du trip-hop anglais. Le morceau du soir est le titre d’ouverture intitulé Désert de ce premier album qui sera suivi par d’autres très beaux opus (le sublime Végétal en 2006)…

Voix fragile et candide, sensibilité à fleur de peau, un très beau texte mélancolique en français parfaitement mis en valeur par une atmosphère musicale d’une grande simplicité. Voilà un bel instant de poésie musicale comme on les aime à Five-Minutes, enjoy!

Sylphe

Pépite intemporelle n°26: Surf Solar de Fuck Buttons (2009)

La semaine dernière Editors a sorti une nouvelle version de son dernier album ViolenceFuck Buttons sorti en mars 2018 passée entre les mains d’un certain Blanck Mass. Incontestablement cette version intitulée The Blanck Mass Sessions est excellente et méritera peut-être que j’en touche un mot par ici mais elle a aussi eu le mérite de raviver la flamme Fuck Buttons. Bon, vous vous demandez sûrement par quel raisonnement fumeux je viens de vous parler du duo électro anglais et je vais de suite m’expliquer… Derrière ce Blanck Mass que je ne connaissais pas se cache Benjamin John Power qui est une des deux entités formant Fuck Buttons avec Andrew Hung. Pas compliqué finalement hein?

Mon problème c’est que lorsque je lis Fuck Buttons la pochette de leur deuxième opus Tarot Sport (2009) vient d’emblée obséder mes rétines et surtout le morceau d’ouverture magistral Surf Solar commence inlassablement à tourner en boucle dans ma tête. Comme ce blog musical pourrait en quelque sorte s’apparenter à un partage d’addictions musicales j’ai immédiatement pensé à vous… Les deux compères de Fuck Buttons citent souvent comme influences majeures de leur musique Aphex Twin et Mogwai et je pense que vous ne peinerez pas trop à les percevoir dans ce Surf Solar. Plus de 10 minutes d’une électro extatique où les machines prennent le pouvoir, un souffle épique incontestable qui se nourrit d’une certaine violence des sonorités mais aussi d’une très grande douceur qui se diffuse tout au long. Ce genre de morceau qui n’a rien d’humain ni de comparable placé tout simplement sous le sceau du génie. Enjoy!

Sylphe

Pépite intemporelle n°25 : Make some noise (2011) des Beastie Boys

Pas de découverte incroyable cette semaine, mais l’envie d’un petit coup d’œil dans le rétro (auquel, par pitié, n’accrochez jamais un sapin qui sent bon ou n’importe quelle autre merde, ça pue, c’est moche et c’est #soringard). Il y a deux jours mon ami Sylphe a encore accru son capital amitié en nous/me remettant dans les oreilles le 3e album de Portishead à travers The Rip (2008), un des plus beaux titres du groupe. Une déchirure selon la traduction littérale, un moment de grâce aussi.

Pépite intemporelle en réponse, avec Make some noise (2011) des Beastie Boys, tiré du dernier album du groupe Hot sauce committee part two. Active depuis 1979, la formation américaine livre ici ses dernières compositions, avant de se séparer définitivement en 2014, suite au décès d’Adam Yauch, un des membres fondateurs.

Fidèles lecteurs.trices, vous m’avez rarement, voire jamais, vu mettre en avant du hip-hop sur ce blog. Pas trop ma came, mais les Beastie c’est différent. J’aime le mélange des genres, et j’aime quand le hip-hop va fureter sur d’autres terres musicale. Comme par exemple dans le boulot de Wax Tailor. C’est ici le cas, avec ce Make some noise qui s’ouvre de bien belle façon avec ces sons synthés saturés et bien bidouillés. Vient par-dessus se poser le flow ravageur du groupe qui envoie le bouzin (#jepirateSylphe).

Peur de gâcher le plaisir en parlant trop, en écrivant avec des mots trop faibles pour retranscrire la puissance de ce titre… je vais lâchement vous laisser en profiter, non sans avoir livré quelques conseils :

  • Make some noise s’écoute fort. Très fort. Oui, au risque de réveiller ou déranger le voisin. Mais comme il a passé la nuit à bourriquer sa copine et à la faire brailler toute la nuit en faisant cogner le lit contre la cloison, on va dire qu’on a le droit nous aussi de faire du bruit à notre façon.
  • Make some noise est d’une efficacité redoutable pour tenter de mettre en route n’importe quelle journée. Lorsque la douche ne suffit pas, lorsque le café nous laisse de marbre, et que tu te lèves avec une putain de boule au ventre de découvrir que le matin a la même gueule que la veille, dégaine les Beastie.
  • Make some noise (et par extension les Beastie), ça peut aussi être un excellent exutoire pour supporter des heures de bagnole dans les bouchons. On est d’accord, ça fait pas avancer plus vite, mais ça soulage un peu tout de même.
  • Au boulot, ton chef te fait chier (ou ta cheffe d’ailleurs, dans la loi de l’emmerdement maximum, on s’y retrouve parfois en égalité homme-femme) ? Make some noise et saute sur le bureau, sur le comptoir de la réception, dans les couloirs… bref, on voit l’idée.
  • On a l’impression que tout va de travers en me lisant non ? C’est pas tout à fait vrai, c’est pas tout à fait faux. Néanmoins, je me dis que si on fait du bruit, c’est qu’on est encore en vie. Y a pire constat, même si la vie ne tourne pas toujours comme on le voudrait.

En prime : un chouette clip réunissant plein de têtes connues, à commencer par Elijah Wood. Mais surtout un clip hyper rock dans l’intention, un clip à foutre un méga bordel pour se soulager de ouf et tout envoyer chier (à ne pas reproduire chez vous, ce sont ici des professionnels).

Note finale : Pour adoucir un peu les mœurs, je parlerai dans ma prochaine livraison de la réédition toute récente (en joli vinyle coloré limité qui plus est) du 3e album d’un grand groupe français, gravé dans ma mémoire à jamais et récurrent dans mes écoutes. Indéniablement leur meilleure galette, toute de jaune vêtue, pour sa diversité cohérente et parce qu’il annonce les futures créations solos d’un de ses membres. Un disque magique faisant partie des sons pouvant accompagner une traversée du désert (#teasingetindicesdelamort).

Raf Against The Machine