Review n°58: Fall To Pieces de Tricky (2020)

2020 est une année riche pour Adrian Thaws, alias Tricky. Il y a peu nous fêtions les 25 ans de son Trickypremier album Maxinequaye, coup de maître qui a lancé une très belle carrière solo riche de désormais 14 albums avec Fall To Pieces. Après avoir participé aux deux premiers albums de Massive Attack Blue Lines en 1991 et Protection en 1994, il fallait un certain cran et une certaine instabilité pour décider de tout plaquer et se lancer seul … Tricky est ainsi, il suit son instinct et sait nous surprendre en traînant sa carcasse cabossée à travers des albums magnifiques (les 5/6 premiers révèlent des pépites sombres à foison) et des incartades surprenantes au cinéma chez Olivier Assayas. L’objectif du jour n’est pas de résumer la discographie de Tricky mais je profiterai des vacances de Toussaint qui approchent pour vous faire une playlist sur le bad boy de Bristol afin de vous faire parcourir tous les bouges malfamés et enfumés d’Angleterre…

Je dois reconnaître que j’ai, ces dernières années, un peu perdu de vue le très prolixe Tricky et le dernier album que j’ai savouré dans son homogénéité remonte à 2013, avec le très bon False Idols. Depuis le dernier opus Ununiform en 2017, la vie de Tricky a suivi son cours à l’image de son timbre de voix, très sombre et rocailleux. En 2019, il a ainsi perdu sa fille Mazy Topley-Bird, née de son union avec sa muse Martina Topley-Bird, dans des conditions dramatiques… Un suicide faisant un triste écho au suicide de sa propre mère Maxine Quaye lorsqu’il avait 4 ans. Autant dire que le spectre de cette perte plane sur cet album aussi décharné et dépouillé que le bonhomme, 11 titres ramassés en 28 minutes qui révèlent encore plus clairement que son autobiographie Hell Around The Corner la souffrance pudique de Tricky.

Le titre d’ouverture Thinking Of  et sa rythmique downtempo sépulcrale ne laisse pas la place au doute, il ne faudra pas chercher un brin de lumière dans l’orchestration. Le souffle de l’espoir et de la vie sera symbolisé sur cet album par Marta Zlakowska, nouvelle voix marquante présente sur tous les titres à part deux morceaux qui laisseront les honneurs à la danoise Oh Land. Tricky a toujours brillé par sa capacité à révéler des voix féminines d’une grande sensibilité qui se marient parfaitement à sa musique et son timbre vénéneux, Marta ne déroge pas à la règle… Close Now brille par son électricité sous-jacente, l’infra basse nous fait vibrer et le flow coupé à la serpe de Tricky hache sec pour un titre de 1 minute 37 qui se finit de manière abrupte. On retrouvera de nombreuses fois ces fins soudaines dans l’album et je dois reconnaître qu’une certaine frustration m’a animé, comme si Tricky refusait d’accomplir pleinement les belles promesses. Enfin bon, il est comme ça notre Tricky, aucune concession artistique et le refus de la logorrhée… 28 minutes intenses et pas une de plus.

Passé un Running Off surprenant avec son introduction quasi lumineuse qui laisse vite place à un trip-hop désincarné, I’m In The Doorway met en avant la voix pure de Oh Land avec une mélodie d’une ingénuité surprenante. L’art du contre-pied est réel chez Tricky  et les titres suivants vont vite nous ramener à l’âpre réalité. Hate This Pain et cette voix glaciale qui s’insinue subrepticement en nous sur les notes d’un piano désincarné me ramène 20 ans en arrière dans les rues étroites de Bristol. Chills Me To The Bone joue ensuite avec les codes en croisant le trip-hop avec les sonorités mécaniques de l’indus, un groove surprenant se met en place que l’on retrouvera sur le titre suivant Fall Please, litanie obsédante par sa simplicité. La fin de l’album garde le même niveau d’intensité avec une mention spéciale pour Like A Stone où les voix de Marta et Tricky s’affrontent brillamment et le titre final Vietnam qui finit sur des notes lumineuses et pleines d’espoir… Non j’déconne, on reste dans une marche funèbre d’un grand esthétisme. Voilà en tout cas un bel album qui devrait satisfaire les fans de la première heure dont je suis, un album sans fioritures qui mérite qu’on lui laisse sa chance, enjoy!

Sylphe

Pépite du moment n°72: Johnson de Kruder & Dorfmeister (2020)

Petit instant nostalgie pour commencer le weekend aujourd’hui avec un duo de dj autrichiens Kruder und Dorfmeister qui sur la fin des années 90 a marqué par ses compilations et ses mixes toute une génération qui palpitait en découvrant le champ d’exploitations infinies de la musique downtempo. Pour vous dire à quel point ce duo avait disparu des radars et reste ancré dans une époque déjà bien lointaine, je me vois en train de désespérément chercher leurs perles sur Emule… Pour leurs faits d’armes dignes d’intérêt, en 1996 ils ont eu les honneurs de la quatrième compilation de DJ-Kicks (on en est à 69…) et leur album de remixes The K&D Sessions paru en 1998 regorge de joyaux sonores. Pour preuve, vous pourrez écouter à la fin leur reprise de Useless de Depeche Mode. Que viennent donc faire Kruder & Dorfmeister en 2020? La vague du trip-hop, la chill music et tous les satellites de la musique downtempo ont connu leur succès et le risque de paraître un poil désuet est réel. Cependant, ne boudons pas notre plaisir avec l’annonce de leur premier album 1995 (et oui on est bien dans la nostalgie) prévu pour le 30 octobre. Le 28 août dernier, un premier morceau Johnson, qui sera le titre d’ouverture de l’album, est parti en éclaireur. J’y retrouve cette musique downtempo qui se déploie langoureusement et sensuellement, les atmosphères enfumées des bars lounge où on prend plaisir à écouter St Germain, la tentation perceptible du nu-jazz, le tout illustré par un très beau clip qui retranscrit parfaitement l’atmosphère sombre et picturale de cette musique. Un titre qui sonne comme en 1995 mais que l’on prend un malin plaisir à savourer en 2020, enjoy!

Sylphe

Playlist n°4: Morcheeba

Loin de moi la volonté de résumer la longue carrière de Morcheeba entamée dès leur premier album studio en 1996 mais la simple envie de partager les titres qui me font aimer ce groupe phare du trip-hop… Cette playlist est, je l’espère, l’occasion de réveiller des souvenirs et de susciter le désir d’aller se confronter aux albums car je ne cesserai de mettre en avant l’objet de l’album qui prend tout son sens par son unité.

Morcheeba (Pour les passionnés d’étymologie dont je suis, le nom viendrait des mots anglais « more cheeba », soit « plus d’herbe ». « Mor » signifie également « Middle of the road », ce qui colle bien à une musique à mi chemin entre la pop et le jazz) naît autour de Londres en pleine vague trip-hop et se compose des frères Godfrey et de la chanteuse emblématique Skye Edwards. Le premier album Who Can You Trust? sort en 1996 et brille par ses atmosphères urbaines très sombres, j’aime en particulier les titres Trigger Hippie, la pépite noire comme la cendre Howling et End Theme. Arrive alors le second opus Big Calm en 1998 qui reste incontestablement l’album de Morcheeba qui m’a le plus marqué… Je me suis contenu pour que cette playlist ne dure pas plus de 3 heures mais il est impossible de résister à Shoulder Holster, Part of the Process, Bullet Proof et au trio d’anthologie The SeaBlindfoldBig Calm. Je vous mets au défi de ne pas rendre les armes face au flow final de Big Calm

En 2000, Fragments of Freedom me touche un peu moins malgré de beaux titres comme Rome Wasn’t Built in a Day et Love Sweet Love (feat. Mr Complex) mais que dire de Charango en 2002? Un album d’une homogénéité et d’une qualité inégalée par la suite, comme un point d’acmé de la carrière de Morcheeba qui donnera l’envie à Skye Edwards de partir tenter l’aventure en solo. Sur les 12 titres, j’en ai gardé pour cette playlist la bagatelle de 11… et vous invite à savourer particulièrement Slow Down, Otherwise ou The Great London Traffic Warden Massacre. Difficile de se remettre du départ de sa chanteuse emblématique et c’est à Daisy Martey ( qui sera secondée, pour ne pas dire remplacée par Jody Sternberg sur la tournée) que revient la lourde tâche de remplacer Skye Edwards pour le cinquième opus The Antidote en 2005. L’album ne tutoie pas foncièrement les sommets mais fait bien le job avec des titres comme Wonders Never Cease, Antidote ou la perle Everybody Loves A Loser qui m’évoque de manière surprenante Get Well Soon.

Pour Dive Deep en 2008, c’est une Française repérée sur Myspace Amanda Zamolo qui assure le chant brillamment. Un album aux influences plus riches qui gagne à être réécouté et s’enrichit au fil des écoutes. Enjoy The Ride, Run Honey Run, One Love Karma et les deux joyaux Riverbed et Au-dela (chantée en français et digne de figurer dans la discographie d’Emilie Simon) s’imposent comme de très beaux titres et montrent que le départ de Skye Edwards est presque digéré… (#expressionbienlaide) Une Skye Edwards qui décide justement de revenir à ses premières amours de Morcheeba pour le septième opus Blood Like Lemonade qui s’écoute bien mais me donne malheureusement l’impression que les Anglais ont fait le tour… Crimson, Blood Like Lemonade et Recipe for Disaster tenteront de vous prouver que je suis un peu sévère. Head Up High en 2013 avec ses titres Gimme You Love, Face of Danger et Call It Love ainsi que Blaze Away en 2018 avec Blaze Away (feat. Roots Manuva) et Paris sur Mer (feat. Biolay) tentent de réveiller les cendres du trip-hop mais pour moi la magie a malheureusement disparu…

Voilà en tout cas une discographie brillante que beaucoup envieraient, j’espère que vous prendrez autant de plaisir à écouter cette playlist que j’en ai eu à réécouter ces 9 albums, enjoy!

Sylphe

Playlist n°3: Best of de Sneakers Pimps

Voilà un groupe assez méconnu qui me tient particulièrement à coeur… Les lecteurs fidèles connaissent mon affection pour le trip-hop et ne seront pas surpris de voir que Sneaker Pimps est créé en Angleterre en 1995. Ce nom de groupe est un brin mystérieux et mériterait des recherches approfondies. Plus qu’une volonté de faire bosser des baskets sur les trottoirs, ce nom aurait été choisi après un article des Beastie Boys dans leur magazine Grand Royal

Le premier album Becoming X sort en 1996, c’est un vrai album de trip-hop dans la lignée des Portishead, Massive Attack et consorts, porté par la voix de Kelli Dayton. Cet album est sûrement le plus grand succès du groupe mais c’est celui que j’apprécie peut-être le moins. Disons plutôt que dans le genre je préfère écouter un Morcheeba ou un Elysian Fields. Maintenant nous aurions tort de ne pas savourer les pépites torturées que sont 6 Underground, Becoming X, Walking Zero ou encore Low Place Like Home.

Le tournant pour moi finalement c’est le départ de Kelli Dayton qui part mener sous le nom de Kelli Ali une carrière solo, toujours très active avec le dernier opus Ghostdriver en 2019. Dès le deuxième album Splinter en 1999 c’est la voix grave et mélancolique de Chris Korner qui prend avec succès le relais. Rythmiques urbaines downtempo, ambiance glaciale, orchestration léchée des cordes et cette impression qu’ Amon Tobin aurait décidé de se mettre au chant et de nous embarquer dans ses mélodies. Entre trip-hop et pop discordante, les titres Half Life, Low Five, Lightning Field, Curl, Superbug, Ten To Twenty et Splinter sonnent résolument modernes (il n’y a pas un peu de dubstep non?) et devraient vous filer de beaux frissons… 7 titres sur les 12 de l’album qui pourraient vous donner l’envie d’écouter l’opus, j’espère.

Ce niveau de qualité est maintenu avec le troisième et dernier opus du groupe Bloodsport en 2002, troisième si l’on excepte l’album de remixes de Becoming X en 1998. On retrouve cette même impression de malaise qui a fait le succès de Splinter. Kiro TV, Sick, Small Town Witch, Black Sheep, Loretta Young Silks (mon chouchou toutes catégories), Bloodsport, Think Harder et Grazes sont autant de déflagrations sonores. 8 titres sur les 11 de l’album, difficile de faire mieux?

Un dimanche pluvieux devrait vous permettre de découvrir ou redécouvrir Sneaker Pimps, enjoy!

Sylphe

Pépite du moment n°67: Mars on Earth 2020 d’Emilie Simon (2020)

Au milieu de la multitude de mails que la rédaction de Five-Minutes reçoit quotidiennement, certains de nos lecteurs nous tiennent au courant de sorties en rapport avec des artistes fortement appréciés dans ces contrées. C’est le cas pour moi d’Emilie Simon pour laquelle j’ai un attachement tout particulier depuis son bijou de douceur trip-hop initial en 2003, suivi d’albums très beaux comme Végétal en 2006. Je reconnais volontiers m’être arrêté à un Franky Knight plus inégal en 2011 et il sera temps pour moi d’aller écouter Mue et The Jesus Rolls afin de percevoir si l’inspiration d’Emilie Simon a ravivé sa flamme.

Emilie Simon, comme nombre d’artistes, a eu besoin d’exprimer son ressenti face au confinement -à Los Angeles pour la montpelliéraine de naissance – à travers sa musique et s’est lancée dans un EP Mars on Earth, 2020. L’objectif était, entre autres, de sortir chaque semaine un titre. Après les titres Cette ombre et En attendant l’Aurore, c’est le titre Mars on Earth 2020 que je vous propose de savourer aujourd’hui. Simplicité de l’accompagnement au piano, voix de cristal et émotion sont au rendez-vous et nous donnent envie de vivre notre déconfinement aux côtés d’Emilie Simon, enjoy!

Sylphe

Review n°40: The Rare Birds de Kid Loco (2019)

Jean-Yves Prieur, alias Kid Loco, est incontestablement un des artistes-phares de laKid Loco french touch… malheureusement sa discrétion ne lui a pas offert la place médiatique qu’il aurait méritée, le duo Air nageant dans les mêmes eaux profondes et attirant davantage vers lui la lumière. L’année 1997 symbolise pleinement cette impression, on retient tous le coup de maître initial de Jean-Benoit Dunckel et Nicolas Godin avec le bijou Moon Safari mais on oublie trop rapidement A Grand Love Story de Kid Loco qui, à mon sens, est la BO parfaite du trip-hop. Un album au pouvoir cinétique infini que je réécoute régulièrement, ovni intemporel qui résiste à toutes les modes. Kid Loco s’est montré très avare en albums par la suite et malgré un très bon Party Animals & Disco Biscuits en 2008 n’a pas surpassé le sommet initial. 8 ans après Confessions Of A Belladonna Eater, il nous revient avec un très beau The Rare Birds qui s’impose pour moi comme un véritable refuge me ramenant à la fin des années 90…

Le morceau d’ouverture Claire et son utilisation des cordes qui n’est pas sans me rappeler le dernier opus de Thylacine nous offre une plage de douceur infinie par sa mélopée lancinante et la psalmodie de Claude Rochard. Le sourire béat se dessine déjà sur mon visage… Soft Landing on Grass part ensuite sur des landes plus désertiques balayées par un vent glacial, l’atmosphère est plus sombre et la voix de Tim Keegan se révèle d’une amplitude désarmante entre spoken word caverneux et montées cristallines. La première grosse claque ce sont les 8 minutes de The Boat Song qui vont me l’affliger, tout en douceur…Une première partie portée par une rythmique downtempo minimaliste et le chant quasi incantatoire de Crayola Lectern avec les cuivres qui ont fait le succès de A Grand Love Story et la rupture au bout de 4 minutes avec ce souffle rock qui vient distiller un sentiment d’urgence surprenant. Les deux ambiances, se mêlent à merveille pour une fausse cacophonie teintée de free-jazz d’une belle intensité.

Après un Venus Alice in Dub plus classique dans son approche downtempo et rappelant les sonorités indiennes de Big Calm de Morcheeba, Unfair Game et la voix mystique d’Olga Kouklaki obscurcit le paysage pour un résultat qui aurait pleinement eu sa place sur le dernier Trentemøller et qui brille par sa grâce. Olga Kouklaki est une belle découverte que je prendrai plaisir à retrouver dans le morceau final The Bond et son atmosphère angoissante. Passé un Yes Please, No Lord! dont l’ambiance free-jaz et les cuivres omniprésents me séduisent moins et me paraissent un peu datés, Aquarium Lovers brille par sa capacité à mettre en place un superbe tableau sonore évoquant les fonds marins, entre attraction et inquiétude. La deuxième partie du titre est particulièrement touchante avec une intensité grandissante digne des moments d’apaisement de Mogwai.

Globalement la fin de l’album me séduit un peu moins, la voix trop limpide et trop pop de Thomas Richet sur No Tether ne fonctionne pas pour moi et Blind Me n’est pas d’un intérêt vital. Heureusement, Motherspliff Connection vient distiller ses influences hip-hop pour un résultat d’une grande coolitude et me rappeler les sous-estimés Troublemakers (vite aller écouter leur album Doubts & Convictions) et Bob’s Ur Unkle aurait pleinement eu sa place sur A Grand Love Story par son pouvoir cinétique et son ambiance inquiétante.

Vous avez aimé A Grand Love Story et les différents albums de Kid Loco ? Vous pouvez foncer les yeux fermés. Pour les autres, ce The Rare Birds est une porte d’entrée de qualité pour découvrir la discographie d’un orfèvre des sons, enjoy!

Sylphe

Pépite du moment n°50: Kyoto de HÆLOS (2019)

En cette veille de reprise, j’ai bien besoin d’un son chaud et réconfortant. Me laissant HAELOSglisser dans les méandres du trip-hop, je me retrouve à réécouter un album qui m’avait particulièrement séduit en début d’année, Any Random Kindness du groupe anglais HÆLOS. Le son est d’une limpidité évidente et, d’une manière presque anachronique, dévoile la renaissance du trip-hop. Pas de long discours ce soir mais juste un superbe Kyoto ( pendant parfait de l’ésotérique et aérien Alone In Kyoto d’Air) qui devrait vous évoquer Massive Attack et Elysian Fields par sa rythmique lancinante et la douce voix de Lotti Bernadout. Le titre a la capacité à lutter contre la torpeur par ses choeurs qui distillent avec parcimonie la sensualité du rock. C’est d’une simplicité désarmante particulièrement efficace et ça redonne une sacrée envie de réécouter l’album, enjoy!

Sylphe

Pépite du moment n°43 : The Light (2019) de Wax Tailor

On avait laissé Wax Tailor en 2016-2017 avec un diptyque plutôt captivant : By any beats necessary (2016) était une référence explicite au “By any means necessary“ de Malcolm X dans son combat pour une égalité et reconnaissance des droits humains et civiques pour tous. L’album porte clairement cette référence combattante, à la fois dans son énergie et dans ses percutantes sonorités soul, blues, rythm and blues, tout en conservant la base trip-hop/hip-hop/downtempo de Wax Tailor. Comme un écho à cet opus, sort l’année suivante By any remixes necessary (2017), tout simplement composé de remixes de By any beats necessary par des producteurs des quatre coins du globe. Si la galette de 2016 m’avait emballé, celle de 2017 m’a encore nettement plus convaincu.

Deux années plus tard, on retrouve Wax Tailor aux commandes d’un nouveau projet. L’album The Shadows Of Their Suns n’est pas encore disponible, mais on peut déguster depuis quelques jours un premier titre, sobrement intitulé The Light. Musicalement, c’est une sorte de retour aux sources, avec un titre très marqué trip-hop/downtempo, fait de boucles électros. Downtempo c’est un peu vite dit, puisque par deux fois, le rythme s’accélère d’un tempo plus marqué, comme pour souligner l’urgence du moment.

Parce que oui, si musicalement The Light se détache un peu de l’album précédent, en revanche le propos reste incisif. Le combat reprend, il se poursuit pourrait-on dire. Rehaussé sur sa dernière partie d’un gimmick vocal “You want to see the light ?“, The Light pose l’urgence d’un monde qui ne tourne pas rond, qui ne va pas très bien, et même qui déconne complètement. Entre consommation à outrance, destruction de la planète, fascisme et populisme en tout genre, invasion des images porteuses de pessimisme et autres maux de la planète, Wax Tailor déroule en 4 minutes un bilan bien préoccupant.

Le son lancinant et entêtant qu’est The Light se voit accompagné d’un clip d’une grosse efficacité : enchaînement d’images sans aucun commentaire, je vous laisse apprécier l’excellence de cette combinaison son/image, avec une chute qui en raconte bien plus que de longs discours. Et qui laisse espérer un grand album : par son titre The Shadows Of Their Suns, à mettre en miroir avec le titre du single The Light, mais aussi et surtout par ce percutant propos musical et visuel. The Light est assurément un des gros sons de la rentrée, et constitue une belle lumière dans le monde parfois sombre et gris qui nous entoure (#jeudemotsetconclusionfaciles^^).

Raf Against The Machine

Son estival du jour n°7 : Strict Machine de Goldfrapp (2003)

Envie d’une ambiance plus âpre ce soir, d’un morceau qui est né au milieu du trip-hopGoldfrapp pour venir doucement tendre vers une électro-pop teintée d’une sensualité exacerbée? J’ai bien sûr ce qu’il vous faut avant de vous abandonner lâchement pendant deux semaines dans des contrées dénuées de tout internet… Alison Goldfrapp, une des nombreuses voix découvertes par Tricky (une pensée entre autres pour la brillante Martina Topley-Bird), forme avec Will Gregory un groupe qui m’a particulièrement marqué dans sa capacité à faire évoluer le trip-hop. Après un premier coup de maître en 2000 avec Felt Mountain qui continue de donner ses lettres de noblesse au trip-hop dans la droite lignée de Portishead, Black Cherry se tourne vers une électro-pop savoureuse et hédoniste à première vue, mais beaucoup plus mélancolique qu’elle n’en a l’air.

Le morceau du soir Strict Machine brille par l’âpreté de ses sons électros qui font monter une tension palpable qui n’explosera qu’à travers la douce et sensuelle voix d’Alison Goldfrapp qui sait se faire aussi bien caressante qu’oppressante. Une ambiance électrique qui montre à elle seule le spectre de possibilités que peut offrir l’après trip-hop…. Enjoy!

Sylphe

Pépite intemporelle n°27: Désert d’Emilie Simon (2003)

Lundi difficile? Besoin de vous poser au calme, un casque sur les oreilles? J’ai ce qu’il Emilie Simonvous faut dans mon puits sans fond des pépites intemporelles et dégaine aujourd’hui mon atout charme et douceur en la personne d’Emilie Simon. J’ai fait la découverte de cette belle sensibilité dès son premier album Emilie Simon en 2003 lorsque cette dernière était sous totale influence du trip-hop anglais. Le morceau du soir est le titre d’ouverture intitulé Désert de ce premier album qui sera suivi par d’autres très beaux opus (le sublime Végétal en 2006)…

Voix fragile et candide, sensibilité à fleur de peau, un très beau texte mélancolique en français parfaitement mis en valeur par une atmosphère musicale d’une grande simplicité. Voilà un bel instant de poésie musicale comme on les aime à Five-Minutes, enjoy!

Sylphe