Pépite du moment n°53 : Radiate (Live) (2019) de Jeanne Added

QTB4cQ3H_400x400On me signale dans l’oreillette que Jeanne Added fera son retour dans les bacs dès demain 22 novembre avec une réédition de Radiate (2018). En d’autres termes son deuxième album studio, jadis chroniqué de fort belle façon par le copain Sylphe (et c’est à relire d’un clic ici). Certains pesteront contre cette mode des rééditions d’albums avec des titres inédits, un nouveau packaging ou encore des remixes.

Point de tout ça demain : Radiate (Live) sort en CD (pas de vinyle annoncé à ce jour), augmenté d’une deuxième galette contenant 14 titres live issus de la tournée de Jeanne Added. Des tournées pourrait-on dire : après avoir écumé le pays en formation quatuor rock pendant des mois, notre rémoise préférée est en virée jusque mi-décembre avec « Both sides », une tournée revisitée en mode seule en scène. Une réinterprétation de son répertoire que je n’ai d’ailleurs pas eu la chance d’aller écouter. Jeanne, si tu nous lis, tu peux nous contacter, on t’indiquera quelques salles possibles par chez nous !

Je m’avance pourtant un peu sur le contenu, ne sachant pas exactement de quoi ce disque live sera fait : partie 1 ou partie 2 de la tournée ? Five-Minutes ne fait pas (encore) partie de ceux qui reçoivent les exemplaires promo/presse pour les écouter avant tout le monde. La tracklist laisse tout de même voir un savant mélange de titres des deux albums studios, dont le redoutable et PJHarvien A war is coming. A ce jour, seul Mutate est disponible à l’écoute, mais ce seul titre en version live suffit à m’emballer au-delà du raisonnable. La voix, première arme fatale de Jeanne Added, est très en avant, pénétrante et imparable. Petit plus par rapport à la version studio : la spontanéité live, les légères écorchures au milieu de la clarté qui font se dresser encore un peu plus les poils. Et monter l’émotion.

D’autant que cette pépite live sera disponible, à quelques jours près, un an après avoir vu Jeanne Added sur scène avec la team Five-Minutes. Un souvenir inaltérable. C’était fin novembre 2018 donc, et on avait passé une soirée absolument magique, bouleversante d’émotions et de talent musical. Tout ça avant de croiser Jeanne Added à la sortie de scène. Pour échanger quelques mots, les yeux plein d’étoiles. Pour une photo souvenir très gentiment accordée, avec le sourire s’il vous plait malgré la fatigue du concert, d’une énergie et d’une intensité folles. Pour une dédicace sur le vinyle qui passe et repasse depuis sur ma platine.

C’était fin novembre 2018, presque une autre vie. C’était quelques jours, souviens-toi si tu me lis, après t’avoir fait découvrir Fargo sous la couette qui sent bon. Porté par une espèce d’énergie sereine, je me goinfrais ces heures-là avec une fringale de vie que toi seule avait trouvé le moyen de rassasier. Ce concert de Jeanne Added ne pouvait pas avoir lieu à un meilleur moment pour en ressentir toute la lumière et l’apesanteur. J’ai bu chacune des minutes de Jeanne live comme j’ai dégusté chacun des moments partagés ensemble. Une sorte de moment d’existence ou tout est simple, serein, évident et naturel.

Puis… « Tu n’étais plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis » (piqué à Victor Hugo). La vie joue parfois quelques tours, et ne se ressemble pas toujours d’une année à l’autre. Il faut faire avec. Et, si possible, avec du son qui accompagne tout ça. C’est bien pour cette raison que la réédition Radiate (Live) sera Day One dans ma platine demain, histoire de replonger en musique dans cette douce énergie rock que je ne retrouve nulle part. Un dernier argument ? Radiate, en français, ça donne « Rayonner ».

Raf Against The Machine

Review n°11: Radiate de Jeanne Added (2018)

Au milieu de tout le battage médiatique qui anime la sortie du nouvel opus de ChristineJeanne Added.jpg and The Queens (bah oui, son album précédent était bon et en plus elle nous joue le changement de pseudo et la carte androgyne à fond, il n’en faut pas plus pour les médias…), on pourrait presque oublier que Jeanne Added vient de sortir son deuxième opus, Radiate. Ici, à Five-Minutes, on défend la veuve et l’orphelin, et surtout le bon son! On va tranquillement laisser Chris choisir ses tenues SM dans son armoire et savourer le bijou Radiate, produit par le duo Maestro.

Le premier opus Be Sensational avait été pour moi une bien belle découverte, révélant les talents d’interprète de Jeanne Added dans des ambiances électro très sombres, illuminées par deux éclairs d’une intensité inouië Look at Them et Be Sensational. Une atmosphère volontiers anxyogène qui risquait de voler en éclats face au succès de Jeanne Added?

La pochette de ce Radiate laisse assez peu la place au suspense et tranche littéralement, Jeanne Added s’affiche sans se cacher derrière un flou artistique et des volutes de fumée sur un fond d’une blancheur angélique. Radiate, album de la rédemption? Dès les premières écoutes, il est évident que l’atmosphère est plus apaisée et plus lumineuse avec une volonté affirmée de mettre davantage en avant la superbe voix de Jeanne Added. Je vous rassure, les démons intérieurs ne sont pas entièrement chassés et on retrouve avec délectation les synthés plus âpres qui révèlent les failles encore présentes.

Remake démontre d’emblée la richesse vocale de Jeanne entre chuchotement envoûtant et voix qui déploie majestueusement ses ailes. Cette ouverture tout en douceur est prolongée par Falling Hearts qui monte joliment en puissance et où le chant m’évoque avec plaisir Natasha Khan de Bat for Lashes. Le début de l’album pourrait paraître angélique mais Radiate vient vite nous ramener sur terre avec son synthé angoissant et entêtant. Ce morceau est une pépite qui monte inlassablement jusqu’à cette impression de saturation sonore finale. Ouf les démons sont toujours là…

Before the Sun et sa rythmique plus électro qui passerait presque inaperçue tant la voix porte le morceau ainsi que le soleil Mutate et son refrain éblouissant résument finalement parfaitement les diverses aspirations de cet album. Loin d’être tiraillée par ces aspirations à première vue opposées, Jeanne Added nous offre sa sérénité et on se laisse guider avec plaisir dans cette deuxième partie de l’album. Alors oui je ne suis pas plus séduit que cela par la rythmique très 90’s d’Enemy ou le dépouillement du classique Harmless mais que dire de la manière d’asséner les mots dans Both Sides ou de la mélancolie de Song 1-2 qui rappelle l’introvertie maladive qu’était Björk à ses débuts…

On me fait signe que Christine a fini de faire son choix face à son armoire et que je me suis encore montré trop bavard, je rends donc l’antenne. Je ne vous ferai pas l’injure de vous dire ce que j’ai pensé de cet album tant la réponse doit vous paraître évidente… Bonnes écoutes à vous!

Sylphe

PDM n°2: Mutate de Jeanne Added (2018)

Chez Five-Minutes, on privilégie la zenitude et le refus de se laisser dévorer par le rythme insoutenable du temps. Tout ceci pour dire que, non contents d’avoir relancé le blog, on s’est gentiment pris deux semaines de vacances bretonnes dans la foulée pour se remettre de nos émotions. Plus sérieusement, il est temps de mettre dans un coin de la tête tous les bons souvenirs de vacances et de parler musique. Cette pépite du moment tourne depuis un moment sur ma platine et j’avais le besoin irrépressible de la partager. Pour ceux qui ne connaissent pas Jeanne Added, cette artiste française à la formation jazz, très proche du groupe The Dø, a sorti en 2015 un très beau premier album Be Sensationnal porté entre autres par le magnifique single mélancolique Look at them. J’ai eu la chance d’assister à un de ses concerts, qui n’a fait que confirmer tout le bien que je pensais de l’album et aiguiser mon envie d’un second opus. Ce dernier, intitulé Radiate, sortira le 14 septembre et a été précédé de deux titres, Radiate, morceau sombre à l’atmosphère angoissante et Mutate que je vous propose aujourd’hui. Ce titre est d’emblée plus facile à rattacher à l’univers de Be Sensationnal, sans cesse tiraillé entre la mélancolie de la voix sublime de Jeanne Added et l’attraction sous-jacente du dance-floor. Un hymne à la danse parfaitement illustré par le clip. De mon côté, il ne m’en fallait pas plus et j’ai déjà pris ma place pour son concert du 30 novembre à l’Astrolabe d’Orléans. A savourer sans aucune modération.

Sylphe