Pépite intemporelle n°53: My Body Is a Cage d’Arcade Fire (2007)

Pour ce soir je vous propose de toucher au sublime en toute partialité. J’ai plus ou moins Arcade Fire Neon Biblebien résisté à la tentation de vous parler en long et en large de mon groupe préféré Arcade Fire jusque maintenant, excepté un petit saut du côté du titre No Cars Go (voir par ici ), hymne au bonheur extrêmement communicatif. Revenons en 2007 avec le second opus Neon Bible qui fait suite, trois ans plus tard, au coup de maître Funeral. La transition est très abrupte et parfaitement représentée par la pochette de l’album, on est loin du souffle printanier et sémillant de Funeral avec des atmosphères plus graves et des textes plus sombres. L’album, en grande partie enregistré dans une église, est animé d’une grandiloquence déconcertante et d’un véritable souffle épique. No Cars Go, dans une version retravaillée par rapport à sa première apparition sur l’EP Arcade Fire, se trouve en avant-dernière place mais c’est bien au titre My Body Is a Cage que revient le mérite de clore l’album.  Win Butler porte le morceau avec l’intensité de son chant, les paroles un brin mystérieuses apportant un net sentiment d’enfermement et d’oppression. L’orgue en impose et nous impressionne avant une explosion plus rock qui permet de laisser exploser la richesse instrumentale, les cuivres pointent le nez, Régine Chassagne martyrise ses drums et les cordes subliment l’ensemble. L’intensité ne cesse de monter, donnant définitivement une teinte noire comme l’encre à ce Neon Bible qui ne cesse de s’enrichir au fil des écoutes, même encore 13 ans plus tard…

Ce morceau sublime brille par sa très belle postérité, que ce soit  la douceur angélique de Sara Lov sur son EP The Young Eyes en 2009 ou le dépouillement quasi spectral de Peter Gabriel sur Scratch My Back en 2010 (à écouter aussi sur la BO de l’excellente série Dark)… La beauté d’un titre se perçoit elle aussi à travers la qualité de ses reprises, enjoy!

Sylphe

Son estival du jour n°6: No Cars Go d’Arcade Fire (2003 et 2007)

Voilà la quintessence du titre qui me donne foi en l’humanité et m’imprime un sourireArcade Fire indélébile sur le visage avec ce No Cars Go d’Arcade Fire! Fan de la première heure des canadiens, ayant eu la chance d’assister entre autres à leur premier concert à Rock en Seine un après-midi de 2005 où ils ont joué le bijou Funeral, je me contenterai de dire qu’Arcade Fire est une des pierres fondatrices de ma passion pour la musique indépendante… Je pourrais vous faire un bon mois de pépites intemporelles avec les titres de la bande formée autour du duo Win Butler/ Régine Chassagne mais aujourd’hui je vais me contenter de partager le brillantissime No Cars Go qui était paru sur le premier EP du groupe Arcade Fire en 2003 avant d’être réenregistré et de faire une nouvelle apparition remarquée sur le très sombre Neon Bible en 2007.

Ce morceau brille par son énergie positive, la richesse de son orchestration avec l’accordéon et les violons, et la structure du morceau qui joue sur les contrastes entre la douceur du milieu qui ouvre le chemin à une montée finale toute en tension qui touche au sublime. 14 ans après, j’ai toujours des frissons à l’écoute de ce morceau et vous? Enjoy!

Je vous laisse avec un bel après-midi d’août 2005, une parenthèse enchantée où les plus connaisseurs(ses) d’entre vous remarqueront avec plaisir la présence du prodige Owen Pallett au violon… A savourer sans aucune modération..

Sylphe