Reprise du jour n°8: Nightcall de Kavinsky par London Grammar (2013)

Il faut se rendre à l’évidence, je n’arrive pas à m’ôter de la tête la reprise de Nightcall par London Grammar, présente sur leur premier album If You Wait… Ce n’est pas une forme de paresse intellectuelle ou de manque d’inspiration car j’ai de nombreuses idées en stock, en particulier les derniers albums de Julia Stone ou Kira Skov, enfin je vais m’arrêter là car c’est manquer de respect à ce superbe Nightcall qui se suffit amplement à lui-même. Nous connaissons forcément tous le titre initial de Kavinsky artiste du très recommandable label Record Makers, qui a eu le bonheur d’être le titre-phare de la BO du film Drive sorti en 2011. Thriller porté par le duo Ryan Gosling/ Carey Mulligan et ses ambiances nocturnes citadines d’une grande beauté, Drive est sublimé par sa bande-son et son compositeur Cliff Martinez. C’est au peu connu Kavinsky que revient l’honneur d’offrir ce Nightcall qui me file des frissons à chaque écoute presque 10 ans plus tard. Une ambiance électro avec un son lourd et une boîte à rythmes imparable, cet appel téléphonique entre le héros en fuite à la voix robotisée et la voix fragile de la chanteuse de CSS, Lovefoxxx, qui souligne avec simplicité l’attirance incontrôlable qui l’anime. La ligne mélodique de fond est addictive et ce titre touche au sublime, ce qui n’empêche pas London Grammar d’oser s’attaquer à ce bijou dès son premier album. Une reprise d’une grande douceur et d’un esthétisme saisissant s’appuyant sur un piano central et la voix poignante d’Hannah Reid. Ce Nightcall nous emmène dans un ailleurs poétique sans renier l’univers sombre du titre original, je crois sans trop m’avancer que cela représente la recette ultime d’une reprise, donner un second souffle pour un titre qui n’en manquait déjà pas… Voilà un duo parfait pour illuminer ce début de weekend prolongé bien sombre, enjoy!

 

Sylphe

Son estival du jour n°4: Nightcall de Kavinsky (2010)

Rarement je n’aurai autant vénéré un semblant de fraicheur dans ces derniers joursKavinsky caniculaires et mon son estival du soir est en lien direct avec ce désir incontrôlable. Pour ne pas offusquer nos lecteurs écologistes et parler d’une envie de promenade en voiture climatisée, j’ai plutôt fantasmé de posséder une décapotable et de rouler à vive allure la nuit… un côté un brin plus excitant que de se coller face à un vieux ventilateur qui te donne la fausse impression de prendre soin de toi en te balançant au visage de l’air chaud… Une balade nocturne en voiture à tombeaux ouverts pourrait évoquer un bon son électro lourd à la Birdy Nam Nam mais aussi bien sûr le bijou cinématographique Drive qui, s’il brille par la qualité de ses ambiances nocturnes et la puissance émotionnelle de son duo phare, possède une bande-son de très haut vol sublimée par le titre central de Kavinsky Nightcall. J’ai découvert Kavinsky dans une autre vie par le biais de Myspace (#coupdevieux) et ai tout de suite été sous le charme de ces synthés 80’s qui donnent un vrai pouvoir cinétique à son électro sombre. Le titre Nightcall qui se retrouvera sur le seul album sorti à ce jour Outrun en 2013 illustre à merveille l’atmosphère de Drive: le son ample et lourd, un beat assez lent, la voix robotisée (je ne vous suprendrai pas en vous disant que Guy-Manuel de Homem-Christo des Daft Punk est à la production), la voix candide de Lovefoxxx du groupe brésilien CSS (dont le Cansei de Ser Sexy en 2006 est hautement recommandable) font de ce titre un hymne à la conduite de bolide nocturne. Une vraie bouffée d’air frais, enjoy!

Sylphe