Son estival du jour n°58 : Idées noires (1983/2020) de Bernard Lavilliers feat. Nicoletta par Izïa & Malik Djoudi

435053795Souvenez-vous : voici quelques jours, le copain Sylphe chroniquait le nouveau son électro-pop d’Izïa, en disant préférer lorsqu’elle joue sur le terrain rock. Je ne peux que le rejoindre. Preuves à l’appui en réécoutant son premier album, son featuring énergique avec Naive New Beaters sur Heal tomorrow, ou encore sa reprise explosive, avec Malik Djoudi, de Idées Noires sur le plateau de Taratata en 2020. Le matériau de base est déjà fort solide. Sortie en 1983 sur l’album Etat d’urgence de Bernard Lavilliers, Idées noires reste un des plus gros succès du chanteur, au point que le titre single a quelque peu éclipsé l’album en lui-même. Pas gagné d’avance pourtant, avec une chanson dont le propos principal est l’incommunicabilité. Le 45 tours (oui, à l’époque on appelait ainsi les singles) se vendra à plus de 200 000 exemplaires, en plein été 1983. Sans doute en raison de son efficace écriture musicale comme textuelle, de son énergie et de son rythme. Et aussi du duo Bernard Lavilliers/Nicoletta qui fonctionne à merveille. Un pur titre rock qui envoie le bouzin dès son origine.

Arrive 2020 et un soir de Taratata, pour découvrir Idées noires revisitée. L’émission quasi culte de France 2 a livré bien des prestations d’anthologie durant toutes ses années d’existence. Celle-ci en fait partie. Izïa s’associe alors à Malik Djoudi pour donner une relecture bien vénère du titre. C’est nerveux, tendu à l’extrême, ronflant de gros sons qui déboitent. C’est survolé par la voix aérienne de Malik Djoudi, à laquelle se colle parfaitement celle ravageuse d’Izïa. La prestation est incandescente, incarnée par une chanteuse hypnotisante au sommet de sa sensualité rock. Izïa, si tu nous lis (ce qui est peu probable, mais sait-on jamais), c’est comme ça qu’on te veut : une fucking rocking Izïa on fire !

Vérifions tout cela avec, ci-dessous et dans l’ordre, Idées noires reprise par Izïa/Malik Djoudi (à écouter seulement, la version vidéo est disponible ici https://mytaratata.com/taratata/542/izia-malik-djoudi-idees-noires-b-lavilliers-nicoletta-2020), suivie de la même chanson dans sa version originale par Bernard Lavilliers/Nicoletta. Pour compléter le podium, ajoutons une reprise de 2014 par Lavilliers himself sur son album Acoustique, accompagné par la grande Catherine Ringer. Trois lectures différentes pour sublimer une seule pépite.

Raf Against The Machine

Son estival du jour n°54: Mon coeur d’Izïa (2022)

Le petit son estival du jour concerne une artiste féminine pour laquelle j’ai une certaineIzia La vitesse sympathie, à savoir Izïa, la fille de vous savez qui. J’aime son énergie communicative et ses influences rock parfaitement assumées, que ce soit dans ses albums solo comme La vague en 2015 ou dans ses collaborations, avec Naive New Beaters pour l’excellentissime Heal Tomorrow (et son clip 360° brillant à voir à la fin de l’article) ou Dominique A pour le bijou d’émotion Esseulés présent sur son album Citadelle (à relire par ici). Alors, ici à Five-Minutes, on ne manie pas la langue de bois et on ne va pas se mentir, son dernier album La vitesse sorti le 3 juin dernier n’est pas loin de s’apparenter à une véritable catastrophe industrielle. Les influences rock disparaissent et on se retrouve avec une électro-pop sans saveur formatée pour les bandes fm, Izïa joue la carte de la féminité exacerbée avec cette pochette manquant singulièrement de subtilité et la perpétuelle mise en avant de son corps dans ses clips. Je précise que je n’ai rien de prude et j’aime quand cette féminité est au service d’une narration/ d’un projet, bref pas la peine de se lancer dans un procès d’intention… Vous me direz que je suis en train d’habiller notre Izïa pour l’hiver -ce qui est paradoxal avec les températures caniculaires actuelles – mais je vous rassure car je veux sauver un titre de ce marasme. Le titre Mon coeur a le mérite de parfaitement fonctionner dans une veine électro-pop pleinement assumée, rythmique uptempo, refrain percutant et paroles bien engagées. Voilà un titre qui offre une belle énergie ! Bon maintenant Izïa on est d’accord, tu retrouves tes inspirations rock pour la suite hein? Bonne écoute, enjoy !

 

Sylphe

Pépite intemporelle n°40 : Je ne peux plus dire je t’aime (1979) de Jacques Higelin

Y a des jours comme ça, où on imagine livrer son article de la semaine sur une nouveauté, un coup de cœur déniché au fond des bacs d’un disquaire, une pépite inattendue. Mais la vie réserve parfois des surprises, et ce 28 novembre je me suis fait (r)attraper au réveil et au saut du lit par ce magnifique Je ne peux plus dire je t’aime du grand Jacques Higelin.

Voilà une chanson qui atteint cette année ses 40 ans. Quarante années qu’elle se promène au milieu d’un album charnière dans la carrière d’Higelin. Champagne pour tout le monde… Caviar pour les autres (1979) est un double album, initialement sorti en deux disques séparés, avant qu’ils ne soient regroupés en un seul volume. Il n’y a rien à jeter dans ces multiples pistes, que l’on débute avec Champagne ou Cayenne, c’est fini, ou bien que l’on poursuive avec Tête en l’air, L’attentat à la pudeur, ou encore Le fil à la patte du caméléon.

Un double opus charnière qui va à la fois faire passer Higelin des années 70 aux années 80, et ouvrir sa musique sur une nouvelle dimension. Les années 60 ont été synonymes d’expérimentations en tout genre avec Areski et Brigitte Fontaine. Les années 70 ajoutent à ce matériau de départ du rock et un grain de folie supplémentaire et bienvenu. Les années 80 seront celles d’un certaine idée de la chanson française, à la fois pop et de très haute volée.

Champagne/Caviar est donc le témoignage de cette évolution musicale. Un album dont je ne me lasse pas, que je peux écouter en boucle comme d’ailleurs à peu près tout Higelin, d’un disque à l’autre selon mon humeur du moment. Toutefois, cet album a une saveur particulière, peut-être à cause de (ou grâce à) ce Je ne peux plus dire je t’aime, niché à mi-chemin de Caviar et aux trois quarts de Champagne/Caviar, comme une dernière respiration avant la clôture de la fête.

Car il s’agit bien là d’un titre de clôture de fête, tant par son texte finement ciselé et d’une simplicité magnifique, que par sa musique, sorte de murmure intime et profondément humain. Une sorte de constat doux-amer, honnête et aussi plein de promesses. Une résignation tout autant qu’une proposition. Je ne peux plus dire je t’aime donnera lieu, par la suite, à de nombreuses versions en duo et reprises en tout genre. Comme un titre universel, que tout le monde voudrait savoir chanter. Comme une façon de dire les choses que toute personne normalement constituée aimerait maîtriser.

Dernière reprise en date, et pas des moindres : 8 février 2019, Izïa et Arthur H (fille et fils de, faut-il le rappeler ?), rendent hommage au grand Jacques lors de la cérémonie des Victoires de la musique. Comme on est généreux sur Five-Minutes, et que j’ai envie de l’écouter plusieurs fois encore, voici à la fois la version originale par Higelin, suivie de cette magnifique et imparable reprise par les enfants de, avec la charge émotionnelle qui va bien.

Jacques, tu nous manques chaque jour, mais loin de toute commémoration larmoyante, la meilleure chose que l’on puisse faire c’est continuer à écouter tes disques. Et notamment ce Je ne peux plus dire je t’aime qui, paradoxalement, est peut-être la plus belle déclaration d’amour qui soit.

Raf Against The Machine

Pépite du moment n°50: Esseulés d’Izïa feat. Dominique A (2019)

Pour bien commencer ces vacances scolaires, rien ne vaut un duo sublime d’intensité etIzia d’émotion comme Izïa et Dominique A. A ma gauche, Izïa vient de sortir son quatrième opus Citadelle sur lequel figure ce magnifique Esseulés. Je reconnais volontiers m’être arrêté aux deux premiers opus débordants d’une énergie rock brute et je peux constater que le ton s’est davantage apaisé et qu’Izïa fait désormais honneur à notre belle langue française. En parlant de célébration de la langue française, Dominique A à ma droite s’impose depuis presque 30 ans comme un artiste et parolier prédominant. Il serait bien trop ambitieux de ma part de vouloir résumer sa carrière en quelques mots et je vous inviterai juste à aller (ré)écouter des titres comme Aurevoir mon amour ou La Poésie

Je ne vais pas vous cacher que j’ai été plutôt surpris de voir ces deux-là associés mais quel résultat… La musique a quelquefois ce pouvoir irrationnel et, à l’écoute de Citadelle, le coup de foudre pour Esseulés a été immédiat. La douceur d’Izïa qui n’est pas sans rappeler Emilie Simon dans l’émotion qui dialogue à merveille avec le grain de voix inimitable de Dominique A, la puissance des textes, la richesse instrumentale entre synthés et cordes et cette sublime montée d’une beauté désarmante… Voilà un titre qui s’impose comme un candidat sérieux pour le top des titres 2019, au minimum… Enjoy!

Sylphe