Pépite intemporelle n°115 : Whole lotta love (1969) de Led Zeppelin

Vinyles-Led-Zeppelin-Vinyle-Led-Zeppelin---Led-Zeppelin-II--Remastered--lAprès 2022, ses 12 mois et tous ses bons sons partagés ici, il est grand temps de basculer en 2023 (comment ça on est déjà le 13 janvier ?). En commençant par souhaiter à tous nos lecteurs une excellente nouvelle année, pleine de bonnes choses, de santé et d’amour. Et puisqu’on parle d’amour, pourquoi ne pas fêter cette première chronique de 2023 avec un titre plein de love ? Avec élégance et distinction, comme toujours sur Five-Minutes. Whole lotta love (littéralement « Tout plein d’amour ») est sans doute ce qu’on fait de plus éloigné de toutes les bluettes et déclarations d’amour guimauves. On est là face à presque 5 minutes de pure énergie en tout genre, incandescentes et fortement sexualisées. La chanson ouvre Led Zeppelin II, deuxième album du groupe Led Zeppelin emmené par Robert Plant (chant) et Jimmy Page (guitare). Un album qui contient d’autres pépites comme The lemon song, Heartbreaker ou encore Moby Dick et son incroyable solo de batterie par John Bonham. Pourtant, c’est bien Whole lotta love qui met une baffe monumentale en ouvrant la galette et semble irriguer de toute son insolence le reste de l’album.

Whole lotta love est une adaptation de You need love du bluesman Willie Dixon, titre auquel Robert Plant ajoute quelques passages. Mis à part son titre somme toute assez sage (qui ne voudrait pas « Tout plein d’amour » ?), c’est plutôt ce qu’on trouve en fouillant un peu qui érotise l’ensemble. L’original de Willie Dixon contient déjà des paroles sans équivoque avec le « way down inside » (« tout au fond de toi »). Led Zeppelin va un peu plus loin en ajoutant au beau milieu du titre des cris vocaux d’orgasme se mêlant à d’autres moins évidents (mais tout aussi explicites) joués au thérémine par Jimmy Page pendant la montée psychédélique, sonore et jouissive du pont de milieu de la chanson. Comme s’il en fallait encore, les dernières paroles sont tout aussi électriques et font référence au Back Door Man (autre titre blues de Willie Dixon, repris cette fois par les Doors en 1967 pour une version tout aussi sexuelle que Whole lotta love) : « Shake for me girl, I wanna be your back door man » (Secoue-toi pour moi, je veux être ton homme de la porte de derrière). Tout un programme.

L’ensemble deviendra rapidement un standard absolu du groupe, autant pour son énergie et ses qualités musicales rock que pour le parfum vénéneux que le morceau dégage. Joué durant des années dans à peu près toutes les prestations du groupe, parfois dans d’interminables versions longues comme un orgasme qu’on retarde pour mieux le laisser venir, Whole lotta love est un titre chaud comme la braise, dévastateur, profondément connoté. Le genre de morceaux entré dans les annales depuis des années et jusqu’à la nuit des temps. Tant que les hommes et les femmes aimeront le rock, l’amour et le sexe, ils écouteront Whole lotta love.

Cerise sur le gâteau ? Whole lotta love est sorti en 1969, année érotique. Quant à la pochette du disque, regardez bien. On en le voit pas au premier coup d’œil mais il y a bien un gros Zeppelin gonflé qui flotte sur l’album. Il vous faut encore des explications après ça ? Si non, passons à l’écoute et à la démonstration, son à l’appui. Si oui.. et bien passons à la dernière preuve que seront l’écoute et la démonstration, son à l’appui. Whole lotta love !

Raf Against The Machine

Pépite du moment n°123: what is keeping you alive makes me want to kill them for de Kathryn Joseph (2022)

Belle découverte pour moi que ce titre de Kathryn Joseph qui a été une très belle porte d’entrée pour écouter sonKathryn Joseph - for you who are the wronged dernier album, For You Who Are The Wronged sorti en avril dernier sur le label Rock Action Records, label écossais créé par Mogwai (excusez du peu). Cet album est son troisième opus après Bones You Have Thrown Me and Blood I’ve Spilled en 2016 et From When I Wake The Want Is en 2018. Je ne peux que vous inviter à aller vous plonger dans une discographie d’une très grande sensibilité que je ne regrette pas d’avoir découverte.

Pour en revenir au titre du jour what is keeping you alive makes me want to kill them (oui l’artiste est fâchée avec les majuscules), c’est bien la voix de Kathryn Joseph qui m’a touché en plein coeur. D’une sensibilité exacerbée, toujours sur le point de se briser, évoquant Björk, la chanteuse de Lamb Lou Rhodes ou bien encore Julia Stone, cette sublime voix est magnifiquement mise en valeur par une orchestration qui rappelle les plus belles heures du trip-hop. Un dépouillement plein de grâce qui se passerait presque des mots, tant les paroles sont minimalistes, un moment suspendu tout simplement, enjoy !

 

Sylphe

Review n°114: Reset de Panda Bear & Sonic Boom (2022)

Les premières semaines de janvier ou l’art de revenir sur les albums oubliés de l’année précédente… A ma gauche, nousPanda Bear & Sonic Boom - Reset avons Noah Lennox, alias Panda Bear, connu pour sa carrière solo mais aussi pour son projet collectif hallucinogène Animal Collective. A ma droite, trône Peter Kember alias Sonic Boom qui a formé avec Jason Pierce le groupe Spacemen 3 avant une rupture assez brutale. Alors que ce dernier a trouvé le succès à travers le projet Spiritualized, Peter Kember s’est davantage tourné vers la production pour des groupes comme Beach House, MGMT (époque Congratulations) ou encore Panda Bear lui-même pour ses albums Tomboy (2011) et Meets The Grim Reaper (2015). Les accointances musicales entre les deux sont évidentes et vont se matérialiser dans un projet commun sous le soleil réconfortant du Portugal où ils résident désormais.

Ce premier opus commun Reset semble avoir pour objectif de réactualiser la pop californienne des années 60 voire le doo-wop. On retrouve ainsi de nombreux samples dans cet album, le Three Steps To Heaven d’Eddie Cochran pour Gettin’ to the Point, Denise de Randy & The Rainbows pour Edge of the Edge ou The Drifters pour Livin’ in the after. Le résultat est un subtil mélange entre aspirations électroniques et une pop solaire qui réchauffera les coeurs des plus frileux. Le morceau d’ouverture Gettin’ to the Point avec sa guitare psyché initiale résume finalement assez bien le projet avec l’impression qu’Animal Collective aurait mis ses synthés au service d’une pop toujours sur un fil, entre nostalgie évidente et volonté de reconstruction. Go on creuse le même sillon et on ne peut qu’être sous le charme de la voix de Panda Bear qui me rappellera à de nombreuses reprises dans l’album la voix d’un autre ours, Daniel Rossen, le chanteur de Grizzly Bear.

Everyday joue la carte d’une pop faite de bric et de broc avec une collection de sons en arrière-fond avant que Edge of the Edge frappe fort. Les choeurs sont bien sentis, les harmonies vocales justes et le résultat pourrait s’apparenter à ce morceau feel-good qui pourrait t’aider à entrer pleinement dans cette nouvelle année 2023. Un In My Body à l’instrumentation plus dépouillée, un Whirlpool qui fait davantage la part belle à des synthés aquatiques qui donnent envie de se baigner et de tout oublier (les influences d’Animal Collective sont ici évidentes), un Danger lumineux et d’une grande simplicité, l’album se déroule sans anicroche. Livin’ in the After est ensuite pour moi un des titres majeurs de l’album avec cette plongée surprenante dans le mariachi, les guitares donnant une énergie supplémentaire particulièrement savoureuse. Everything’s Been Leading To This clôt enfin l’album sur une note plus électronique bien sentie.

Sans réelle prise de risque, cette collaboration entre Panda Bear et Sonic Boom fonctionne à merveille et nous permet d’entamer 2023 avec le sourire (oui bon ok on a 5 mois de retard…), enjoy !

Morceaux préférés (pour les plus pressés) : 4. Edge of the Edge – 8. Livin’ in the After – 6. Whirlpool – 3. Everyday

 

Sylphe

Pépite intemporelle n°114: Les jours heureux de Ben Mazué (2020)

Allez, rendons honneur à la carrière solo de Ben Mazué qui le mérite amplement pour commencer avec subtilité etBen Mazué - Paradis grâce ce début de nouvelle année bloguesque. J’ai déjà beaucoup parlé ici de sa participation avec Gaël Faye et Grand Corps Malade au superbe projet collectif qui a abouti au non moins superbe EP Ephémère. Je plaide néanmoins coupable et reconnais volontiers ne pas être très connaisseur de ses albums -se confronter à sa plume sensible et ses cinq albums fait partie de mes modestes objectifs de 2023- même si certains titres me viennent immédiatement en tête… J’aurais donc pu choisir aujourd’hui la facilité de La résiliation qui est, pour moi, la plus belle et plus humaine chanson sur la séparation amoureuse.

Cependant, j’ai préféré me tourner vers son dernier album Paradis sorti en 2020 et réédité en 2022. Le très beau clip de Les jours heureux est sorti il y a dix jours et je me suis tout de suite fait happer par les images et la justesse du texte. Orchestration dépouillée, violons bien sentis, les mots précis qui claquent fort, ce titre traitant du besoin d’amour qui nous anime toutes et tous révèle une belle sensibilité et une forme de spontanéité séduisante. Quitte à enfoncer une porte ouverte, je vais tout de même prendre le risque de la facilité… Je ne peux que souhaiter à tous nos lecteurs une année riche en jours heureux, de notre côté à Five-Minutes nous allons tout faire pour enrichir votre bande-son de 2023 pour qu’elle se marie à merveille avec ce désir de jours heureux. Je vous laisse avec Les jours et heureux et La résiliation car je suis une âme faible incapable de choisir ou soucieuse de partager, enjoy !

 

Sylphe

Top de fin d’année 2022 Titres et albums de Sylphe

Au moment de vivre les dernières heures de cette année 2022 et de regarder dans le rétroviseur musical, je constate avec amertume que mon rythme d’écriture et d’écoute de nouveautés a singulièrement baissé cette année. Ce fichu temps et cet art de cumuler les passions chronophages, la perte de fluidité de l’écriture quand elle perd en régularité, le besoin des écoutes multiples pour se sentir une quelconque légitimité à parler des albums, la vie quoi… Bref, je ne vais pas m’apitoyer outre mesure et plutôt me tourner vers le futur avec optimisme en m’engageant à repartir sur la base de deux articles par semaine (la sacrosainte période des résolutions de début d’année qui ne durent jamais bien longtemps, nous verrons bien combien de temps je tiendrai et vous pouvez ouvrir les paris). Parce que, comme l’a déjà écrit l’ami Raf, vous êtes toujours plus nombreux à nous lire et c’est assez grisant de tout faire pour maintenir cette courbe ascendante. Parce que ces artistes méritent amplement de vivre de leur art et que notre partage peut peut-être amener des lecteurs à acheter des albums. Parce que la musique et l’écriture demeurent des refuges sublimes où le temps suspend son vol.

Pour ce top de fin d’année, je reste sur le principe de ne garder que des albums sur lesquels j’ai écrits. Certains que j’ai beaucoup écoutés et pour lesquels je n’ai pas su trouver les mots auraient amplement mérité de figurer dans ce top et figureront vraisemblablement dans d’autres tops de bon goût, néanmoins ce top plus limité a tout de même une bien belle allure et devrait vous offrir de belles heures d’écoute. Pour ce top 14 (non, non, aucune dédicace particulière à la patrie de l’ovalie), vous trouverez de nombreux artistes dont je suis assidument les carrières – Get Well Soon, Les Gordon, Thylacine, Hot Chip, Moderat – avec une mention spéciale à Arcade Fire qui monte sur la troisième place de mon podium musical avec un très beau WE qui donne foi en l’humanité. Les deux premières places sont trustées par des artistes français qui chantent en français, il faut croire que je suis définitivement en train d’entamer une mue musicale. La Mémoire du feu d’Ez3kiel a frappé fort les esprits dès janvier avec un album à la puissance narrative indéniable mais c’est bien Garden Party de Florent Marchet qui monte sur la première place de ce top 2022. L’art de ciseler de superbes textes sur ce qui façonne notre quotidien m’a profondément touché et j’aime l’idée de cette fausse simplicité qui trône tout en haut.

Pour ce top 14 des albums, n’hésitez pas à cliquer sur les liens pour aller jeter un oeil sur les chroniques si l’envie vous en prend. Vous trouverez en tête de cet article un top 55 des titres qui m’ont accompagné cette année et devraient s’installer durablement dans mon ADN musical, On a pris le temps de Grand Corps Malade/ Gaël Faye/Ben Mazué trône au sommet en toute humilité et s’impose comme une leçon de vie qu’il est de bon ton de ne pas oublier… Prendre le temps d’écouter des albums et de ne pas seulement les entendre, prendre le temps de les savourer, prendre le temps d’acheter de la musique et d’aller voir les artistes en concerts, prendre le temps de lire Five-Minutes, prendre le temps de vivre tout simplement. Bon réveillon à vous et on se retrouve en 2023 avec l’ami Raf Against The Machine -big-up pour son éternelle envie de découvrir et partager avec moi l’aventure bloguesque – pour de nouvelles aventures musicales, enjoy !

Top Albums 2022:

1. Garden Party de Florent Marchet

2. La Mémoire du feu d’Ez3kiel

3. WE d’Arcade Fire

4. Amen de Get Well Soon

5. Ephémère de Grand Corps Malade/ Gaël Faye/Ben Mazué

6. Hideous Bastard d’Oliver Sim

7. 9 Pieces de Thylacine

8. Freakout/Release d’Hot Chip

9. Nuances de Les Gordon

10. MORE D4TA de Moderat

11. Wet Leg de Wet Leg

12. Reborn de Kavinsky

13. GHOSTS ON TAPE de Blood Red Shoes

14. As I Try Not To Fall Apart de White Lies

 

Top Titres 2022:

1. On a pris le temps de Grand Corps Malade/Gaël Faye/Ben Mazué

2. Unconditionnal I (Lookout Kid) d’Arcade Fire

3. Diaphane d’Ez3kiel

4. My Home Is My Heart de Get Well Soon

5. Freddie Mercury de Florent Marchet

6. EASY PREY de Moderat

7. Reclaim Your Heart de Daniel Johns

8. COMPLY de Blood Red Shoes

9. Hideous d’Oliver Sim feat. Jimmy Somerville

10. Anatolia de Thylacine

11. Impossible de Royksopp feat. Alison Goldfrapp

12. Broken d’Hot Chip

13. A Song For Myself de Get Well Soon

14. Goodbye de Kavinsky feat. Sébastien Tellier

15. Knight & Car de Les Gordon

16. De justesse de Florent Marchet

17. The Lightning II d’Arcade Fire

18. Polar de Thylacine

19. Am I Really Going To Die de White Lies

20. La cause de Grand Corps Malade/Gaël Faye/Ben Mazué

21. Serpent corail d’Ez3kiel

22. GMT d’Oliver Sim

23. En famille de Florent Marchet

24. MORBID FASCINATION de Blood Red Shoes

25. One For Your Workout de Get Well Soon

26. Paris Nice de Florent Marchet

27. Trigger de Kavinsky

28. Enid & Rebecca de Les Gordon

29. Beautiful James de Placebo

30. F.O.R.C.E de Canine

31. MURDER ME de Blood Red Shoes

32. Never Here d’Oliver Sim

33. Qui a kidnappé Benjamin Biolay? de Grand Corps Malade/Gaël Faye/Ben Mazué

34. Tonight de Phoenix feat. Ezra Koenig

35. Silence d’Editors

36. I Love Humans de Get Well Soon

37. Bosphorus de Thylacine

38. Chaise Longue de Wet Leg

39. Sun de Canine

40. Somewhere de Les Gordon feat. Sauvane

41. Heart Attack d’Editors

42. Galaxies de Canine

43. Try Better Next Time de Placebo

44. Renegade de Kavinsky feat. Cautious Clay

45. Breathe de White Lies

46. This Is Your Life de Get Well Soon

47. As I Try Not To Fall Apart de White Lies

48. Zenith de Kavinsky feat. Prudence et Morgan Phalen

49. I Don’t Want To Go To Mars de White Lies

50. Surrounded By Spies de Placebo

51. Out Of My Depth d’Hot Chip

52. Picturesque d’Editors

53. The Prodigal de Placebo

54. FAST LAND de Moderat

55. Twin Demons de Placebo

 

 

Sylphe

Rétrospective 2022 de Raf Against The Machine

L’année touche à sa fin, et comme un vieux marronnier, il est de bon ton de regarder un peu dans le rétroviseur. Pas par nostalgie, ni avec des regrets, mais pour voir ce que l’on retient de 2022. Une année du boomerang (voir la petite chronique liée par ici) que je laisse partir tranquillement, pour plonger dans 2023 afin de voir comment 2022 et ses bonnes ondes (oui, il y en a eu) se prolongent. Toutefois, à la porte de cette nouvelle année, partageons une dernière fois ce qui a marqué mon année écoulée sur le plan musical. Une rétrospective forcément subjective : ne hurlez pas s’il n’y a pas votre son de l’année, votre découverte ou le live qui vous a marqué. En revanche, ne vous privez pas de laisser, dans les commentaires, votre top à vous. Five-Minutes, c’est aussi l’envie de partager ainsi quelques minutes de bon son.

Du côté des albums de l’année, une fois n’est pas coutume, j’ai un vrai podium à trois places. Pas quatre comme les années passées où, incapable de choisir, j’avais systématiquement rajouté une marche au podium. Et une fois n’est pas coutume, nous allons remonter les places. Sur la troisième marche, A Light for Attracting Attention, l’album de The Smile. Composé de Thom Yorke (chanteur de Radiohead), Jonny Greenwood (guitariste de Radiohead) et Tom Skinner (batteur chez Sons of Kemet), le groupe a livré au beau milieu de 2022 une galette assez impressionnante de créativité (la chronique est à relire par ici). J’attendais énormément cet album, et j’avoue avoir été très agréablement surpris par la richesse et la variété des compositions, alors que je m’attendais plutôt à un trio rock brut de décoffrage assez basique et uniforme dans les sons.

A la deuxième place, une galette totalement inattendue pour moi : La mémoire du feu du groupe Ez3kiel. Pour tout dire, c’est le copain Sylphe qui a mis ce son dans mes oreilles. Voilà un album concept comme on n’en fait plus. L’histoire d’amour de Diane et Duane qui prend place dans un univers de SF post-apocalyptique. La petite histoire dans la grande, toutes deux narrées au travers de onze titres tour à tour très rock qui décapent ou très doux et intimistes. Des compositions incroyables d’efficacité, surplombées par les voix tout aussi incroyables de Jessica Martin-Maresco et Benjamin Nérot. Un fascinant album que nous avons eu le plaisir de découvrir live. En plus d’un disque impressionnant, Ez3kiel sait aussi conquérir le public sur scène. Une vraie bonne surprise qui a tapé très fort dès janvier 2022.

Mais qui peut bien attraper la plus haute marche du podium ? Aucune surprise pour qui me connaît un minimum ou lit régulièrement ces pages. Sans aucune hésitation, mon album 2022 est Call to Arms & Angels de Archive. Album attendu comme aucun autre de ma part, j’ai plongé dès le jour de la sortie et les premières notes, et chroniqué la bête ici-même. Un peu plus tôt même, puisque j’avais eu la chance de pouvoir écouter l’album quelques jours avant sa sortie, lors d’une soirée-rencontre avec le groupe et quelques fans hardcores tous plus sympathiques les uns que les autres. Call to Arms & Angels est une claque totale et absolue. Un disque qui est pour moi autant une somme de lumières qu’un refuge, un baume autant qu’une pile d’énergie inépuisable. Alors que le groupe venait de fêter ses 25 ans avec la sortie d’un gargantuesque coffret et de Versions, deux albums de remixes, je me demandais (sans en douter) comment le groupe allait pouvoir poursuivre et innover. C’est bien plus que de l’innovation. C’est une réinvention totale pour un groupe qui ne cesse de me bouleverser. Nous aurions dû découvrir tout cela en live en octobre dernier, mais un putain de crabe a attrapé Darius Keeler, reportant d’un an la tournée. Darius va bien (et tant mieux pour lui et ses proches avant tout), Call to Arms & Angels poursuit sa route, et nous retrouverons bientôt Archive sur scène, pour un live qui s’annonce déjà dantesque.

Au-delà de ce top 3 d’albums sortis en 2022, il faut ajouter deux autres galettes, également sorties en 2022 qui ont marqué mon année. On vient de parler d’Archive, un groupe dans lequel officie le génial et sympathique Dave Pen (chant/guitares). Ce dernier a sorti à l’automne The universe is IDK, un EP de sept titres inattendu et assez captivant. J’en ai parlé par ici et vous laisse relire tout le bien que j’en pense. Preuve de la proximité et de l’humilité du garçon ? Suite à cette chronique, j’ai reçu un très gentil mot de remerciements. Autre galette, totalement inattendue elle aussi, Transmissions par le collectif Transmission. Initialement entendue en live au festival HopPopHop en septembre, la prestation m’a scotchée au point de vouloir retrouver ces sensations sur disque. Ce qui tombe bien, puisque ces compositions sont disponibles sur un enregistrement de haute facture qui rend justice à la créativité du collectif (chronique à retrouver ici). Un collectif porté en partie par des membres d’Ez3kiel. On ne se refait pas.

Il me faut encore citer cinq albums, cette fois non sortis en 2022 mais qui ont laissé une trace dans ces douze derniers mois. Sorti en décembre 2021, The Dystopian Thing de Thomas Méreur a littéralement ruisselé et accompagné tout 2022 (la review est à retrouver par ici). Le petit frère de Dyrhólaey (2019) est tout aussi magique, envoûtant, prenant et maîtrisé, pour nous emmener dans des voyages et des évasions intimistes au fond de nous-mêmes. Un magnifique album dont je ne me lasse pas. La réédition de Est-ce que tu sais ? de Gaëtan Roussel a apporté trois nouveaux titres à un album sorti en 2021 et déjà parfait. Pas vraiment un opus de 2022, mais une version définitive qui m’a fait replonger directement dans un des disques qui compte le plus pour moi. Autre réédition, celle de () du groupe islandais Sigur Rós. Pour célébrer les 20 ans de cet album incroyable, le groupe le republie ces jours-ci dans une édition anniversaire. Une excellente occasion de (re)découvrir un des groupes les plus fascinants et les plus créatifs de ces dernières années. Autre groupe fascinant : Noir Désir. Si l’intégrale vinyle est annoncée pour janvier 2023 au prix délirant et stratosphérique de plus de 200 euros, on s’arrêtera plutôt sur Comme elle vient – Live à Evry 2002, captation efficace et émouvante du dernier live du groupe. Clôture de la tournée Des visages, des figures, ce concert enregistré le 14 décembre 2002 restera pour toujours la dernière prestation du groupe, au sommet de sa créativité et de son intelligence musicale. Enfin, puisqu’on parle d’ultime prestation, comment ne pas penser au grand Arno, parti en mai 2022, laissant une carrière qui force le respect par son audace, sa diversité, son énergie. Une des meilleures façons de parcourir l’éventail musical de ce grand rocker sensible, c’est de s’écouter Vivre. Un album piano-voix sorti en 2021 et enregistré avec Sofiane Pamart. Tout est délicatesse, sensibilité, énergie, rage de vivre dans ces reprises intimistes de titres plus ou moins connus d’Arno. Avec une version bouleversante et imparable de Solo gigolo qui résonne comme un testament autant qu’un hymne éternel. Les poils putain putain. Avec Arno à nos côtés pour toujours.

La musique occupe une place essentielle pour moi aussi dans les œuvres où elle pourrait passer pour secondaire. Je m’explique. La musique existe et vit pour elle-même, mais j’y suis aussi particulièrement sensible dans les films et les séries, autant que dans les jeux vidéo.

Côté films/séries, trois BO auront marqué mon 2022. The Batman, sorti sur nos écrans en mars dernier, bénéficie d’une bande originale très efficace composée par Michael Giacchino, qui soutient un des grands films de l’année par sa noirceur autant que par sa compréhension de ce qu’est le Batverse. Ce film a marqué mon année, autant que sa BO. Autre moment à retenir : Cyberpunk Edgerunners, ou l’adaptation par Netflix du jeu CyberPunk 2077 de CD Projekt. La série réalise le mélange de l’animé japonais ultraviolent et de l’univers cyberpunk imaginé par Mike Pondsmith. L’occasion toute rêvée pour redécouvrir ce grand jeu malade à la faveur de sa mise à jour consoles next-gen, et se remettre dans les oreilles la super BO du jeu, que l’on retrouve en partie dans la série aux côtés de quelques titres rock bien sentis. Enfin, toujours côté séries, comment ne pas parler de l’ascenseur émotionnel (et donc du scandale) provoqué par Westworld ? Quelques jours après la sortie/diffusion de la saison 4 cet été, nous apprenions que HBO, chaîne à l’origine de la série comme de bien d’autres chef-d’œuvres du petit écran, ne donnerait pas suite et fin à Westworld, en refusant de financer l’ultime saison 5. Nous resterons donc orphelins de la conclusion d’une des plus grandes séries de notre temps, tout en gardant en tête son incroyable BO faite de compositions originales de Ramin Djawadi et de reprises de grands titres rock.

Coté jeux vidéo, deux OST ont ponctué mon 2022. D’une part, les compositions toujours hors du temps et du réel de Keiichi Okabe pour NieR Replicant et NieR: Automata. Ce dernier jeu est ma référence absolue, le jeu parmi les jeux et la BO de jeu parmi les BO de jeux. J’en suis tellement fan et soufflé que je n’ai toujours pas réussi à vous en faire une chronique par ici, faute de trouver les mots justes qui retranscriront ce que me procure ces musiques et ce jeu. Mais, pour reprendre Jack Kérouac (in Les clochards célestes), « Un jour je trouverai les mots justes, et ils seront simples ». Cette année 2022 est celle où j’ai enfin pris le temps de faire NieR Replicant, jeu grand frère et préquel de Nier: Automata. Si le jeu m’a moins marqué, tout en étant un super moment vidéoludique, sa BO m’a tout autant retourné et j’ai passé de longues heures à réécouter les compositions de Replicant et Automata. D’autre part, 2022 aura aussi été l’année du décès de Ryan Karazija, chanteur du groupe Low Roar dont les morceaux ont été largement mis en avant par Hideo Kojima dans son chef-d’œuvre Death Stranding. Une BO là aussi hors du temps, tout comme le jeu qu’elle accompagne. Et, à la survenue de cette triste nouvelle, relancer Death Stranding et réécouter Low Roar. Dont cet incroyable I’ll keep coming.

Objet inclassable et non classé de 2022 qui mérite pourtant amplement de figurer ici, le coffret PJ Harvey B-sides, Demos and Rarities constitué de 6 galettes vinyles et pas moins de 59 titres. Histoire de parachever la réédition depuis 2020 de l’ensemble de sa discographie, la chanteuse nous a gratifiés à l’automne de cette dantesque rétrospective de sa carrière, au travers de morceaux à découvrir ou redécouvrir. Un coffret dont j’avoue n’avoir pas encore fait le tour, tant il est riche, dense et passionnant. En proposant son contenu dans l’ordre chronologique de la carrière de PJ Harvey, il permet aussi de mesurer l’évolution et la créativité artistiques d’une artiste à nulle autre pareille.

Enfin, comme de petites ritournelles pop-folk-rock, je ne peux pas refermer 2022 sans mentionner Angus & Julia Stone. Leur dernier album studio Snow remonte à 2017, et leur dernière production à 2021 avec la BO du jeu vidéo Life is strange – True colors (que je reconnais ne pas avoir encore fait, il m’est donc impossible de pouvoir légitimement en parler). Pourtant, ces deux là m’accompagnent depuis quelques années, plus précisément depuis un jour de 2010 où j’ai découvert leur album Down the way et leur folk-rock, pour ne plus jamais trop m’en éloigner. L’année 2022 a fait que j’ai plus réécouté Angus & Julia Stone que d’autres années. Comme pour me glisser dans une bulle de sérénité. Comme du son qu’il fait bon partager au cœur de cette bulle.

Un dernier mot sur 2022 : notre Five-Minutes a encore progressé, aussi bien en nombre de vues avec plus de 21 250 (15 231 en 2021) qu’en nombre de visiteurs avec près de 15 100 (10 613 en 2021). Mes presque derniers mots de rétrospective 2022 iront donc à vous, lecteurs réguliers ou plus ponctuels, qui nous faites la gentillesse de venir suivre notre modeste et humble aventure bloguesque, pour quelques minutes de bon son. Merci infiniment à vous.

Last but not least, mon dernier coup de projecteur musical avant de refermer 2022 sera pour mon ami et compère de Five-Minutes. Sylphe, merci pour ta passion musicale, cette aventure Five-Minutes, ton indéfectible soutien en tout temps. Ton amitié.

Prenez soin de vous, bons derniers jours de 2022, et rendez-vous de l’autre côté en 2023 pour une nouvelle année de pépites et découvertes musicales.

Raf Against The Machine

Pépite du moment n°122: Long Live The Strange de Gaz Coombes (2022)

Non nous n’avons pas fait une croix sur la musique aujourd’hui après le match légendaire vécu hier et sa cruelle issue…Gaz Coombes Turn The Car Around Le sport et la musique ont comme dénominateur commun la capacité à faire ressentir des émotions d’une rare intensité, n’en déplaise aux pisse-froid qui dénoncent l’absence de valeurs dans le sport et les dérives de l’argent dans une volonté de simplifier les faits à l’excès… J’ai donc besoin d’un bon son à partager et j’ai ce qu’il me faut avec ce Long Live Strange de Gaz Coombes, ancien leader vocal du groupe Supergrass. Son quatrième opus Turn The Car Around dont est tirée la pépite du jour sortira le 23 janvier et j’ai du retard à rattraper car je ne me suis jamais trop penché sur cette carrière solo.

Rythmique obsédante en fond qui rappelle Cage The Elephant, ruptures de rythme subtiles, voix feutrée, le titre aborde avec un regard un brin amusé l’étrangeté du monde qui nous entoure. Un morceau addictif que je ne cesse d’écouter en boucles depuis deux semaines, à savourer sans aucune modération, enjoy ! A noter un clip surprenant qui n’a pas dû coûter trop cher en figurants !

 

Sylphe

Pépite intemporelle n°113 : Human (2021) de Thomas Méreur

Capture d’écran 2022-12-12 à 22.06.34Petit drop surprise du soir, avec un son qui réchauffe en cette froide journée. Un 12 décembre dont on se souviendra chez Five-Minutes. Pour la première fois depuis la création du blog, nous franchissons la barre des 20 000 vues sur une année, par ailleurs pas tout à fait terminée. « Nous » qui franchissons la barre des 20k, c’est à la fois le copain Sylphe et moi-même, mais aussi vous tous qui nous faites la gentillesse et la joie de passer, ponctuellement ou plus régulièrement, partager un son et les quelques lignes qui les accompagnent. Au-delà de la satisfaction de ce chiffre, c’est avant tout celle d’atteindre notre objectif, très humble et modeste, de mettre en avant des artistes et des titres qui nous font du bien. D’en partager quelques notes et quelques minutes avec vous lecteurs/auditeurs. Et peut-être aussi parfois de vous en faire découvrir.

Ce blog est originellement celui de Sylphe, qui, un jour de 2009, m’a fait l’amitié de me proposer de le rejoindre dans cette aventure. Nous portons Five-Minutes depuis, d’abord sur une autre plateforme, puis ici depuis la relance en 2018. Mener cette petite barque ensemble est un plaisir, malgré parfois quelques petites baisses de rythme bien indépendantes de notre volonté. Alimenter chaque jour les pages de notre Five-Minutes nous replonge chaque semaine dans la musique. Cet art qui nous accompagne jour après jours dans un monde bien chahuté, mais également rempli de merveilles sonores, telle que ce Human de Thomas Méreur, tiré de The Dystopian Thing (2021), deuxième album du garçon. Un titre déjà chroniqué en novembre 2021, mais dont je ne me lasse pas et qui tourne à l’instant sur la platine. Ce n’est ni un hasard, ni étonnant, quand un morceau porte autant de poésie et d’émotions. Une galette dont on a fêté voici quelques jours à peine le premier anniversaire, et qui continue de ravir mes oreilles autant que son grand frère Dyrhólaey (2019). Human. Un mot et une idée qui nous tiennent particulièrement à cœur chez Five-Minutes. Un titre qui fête ses 1 an alors que nous fêtons nos 20k vues. Alignement des planètes ?

Merci à la musique. Merci à Thomas Méreur pour ses petites pépites musicales. Merci à vous tous qui nous visitez. Merci à toi mon ami Sylphe.

Artwork by Céline Hennu

Raf Against The Machine

Pépite intemporelle n°112 : Year of tha Boomerang (1996) de Rage Against The Machine

519PtbRH2fLNous voici à moins d’un mois de quitter 2022. Certes, l’année n’est pas encore terminée, mais comme un bon marronnier on se prépare à faire la rétrospective de ces 12 derniers mois. Ici, vous trouverez bientôt nos classiques Tops, qui récapituleront ce qui nous a musicalement marqué. Ailleurs, ce seront les évènements marquants de ce monde. Tout ce qui a pu nous saisir à un moment ou un autre. Elle est pas belle cette année 2022 ? Chaque mois de décembre depuis quelques années, on se dit peu fâchés de quitter l’année pour embrasser la suivante sous le gui. Et puis ? Un festival. On n’est jamais déçus des 12 mois qui suivent les 12 précédents. Me concernant, je crois que ça dure surtout depuis 2015. Oui, 7 ans déjà que l’année suivante est toujours plus régalante que la suivante. Notre 2022 qui court vers sa fin n’échappe pas à la règle. Pourtant, elle plus encore que les autres m’a fait remettre sur la platine Year of tha Boomerang de Rage Against The Machine. Vous vous demandez pourquoi ? Réfléchissons quelques lignes ensemble.

On a tous été saisis dès février avec l’attaque de la Russie sur l’Ukraine, et le conflit qui perdure désormais. Pas une semaine ne passe depuis sans qu’on se demande si la planète ne va pas s’auto-vitrifier. A peine deux mois plus tard, la France s’offre une élection présidentielle ahurissante où l’on voit monter un peu plus l’extrême-droite. Sans se douter que, quelques semaines plus tard, elle fera son entrée massive et tonitruante à l’Assemblée Nationale. On n’est pas bien là ? Non, on n’est pas bien. Heureusement, nous avons passé un été frais et serein. Oups, non. Coups de chaud à répétition, feux de forêt cauchemardesques en France, mais aussi en Europe et en Afrique du Nord. On se remettra à l’automne avec une Coupe du Monde de Football apaisée et éthique. Oups, non plus. Si ces quelques grands évènements ne sont pas un retour de boomerang d’ambiguïtés géopolitiques, de manque de courage politique, de complaisance envers les idées les plus nauséabondes que l’Homme peut véhiculer, d’alertes environnementales niées depuis des décennies, de prééminence du pognon sur l’humain, je ne vois pas ce que ça peut -être d’autre.

Heureusement, le boomerang apporte parfois aussi quelques notes de positif et d’espoir. Un Brésil qui éjecte son président extrémiste, une population iranienne qui dit non, des salopards de mecs qui tombent les uns après les autres pour avoir fait les pires saloperies à des femmes, une rédaction jeux vidéo qui se saborde avec dignité suite à son rachat et recueille tous les honneurs de son lectorat (oui Gamekult 2002-2022, respect à toi)… Parfois le boomerang ramène de la merde, parfois il nous réserve de belles surprises et quelques notes de lumière.

Lumière comme dans ce titre de clôture de Evil Empire, deuxième album de Rage Against The Machine. Pas ma galette préférée du quatuor, mais un opus qui contient tout de même des brûlots absolus tels que Bulls on parade ou Without a face. Et Year of tha Boomerang qui nous claque en pleine tronche ses 4 minutes, pour nous laisser sonnés mais heureux de tant d’énergie, de conviction et d’intransigeance. On se retrouve en 2023 pour lancer une nouvelle fois le boomerang ? Pas tout à fait. On a encore l’année musicale à récapituler. C’est pour bientôt. En attendant, si vous avez un peu la rage, mettez beaucoup Year of the Boomerang dans vos oreilles.

Raf Against The Machine

Pépite intemporelle n°111: I Am Chemistry de Yeasayer feat. Suzzy Roche (2016)

Envie de bizarrerie pop savoureuse? Il est temps de dégainer un petit Yeasayer, ce groupe américain qui est une versionYeasayer - Amen & Goodbye pop débridée de Grizzly Bear ou ce que serait Animal Collective s’il avait choisi de se montrer plus accessible et moins porté sur les substances hallucinogènes. La bande constituée autour du trio Anand WilderChris KeatingIra Wolf Tuton  a produit de très beaux albums de pop psychédélique autour de 2010 avec l’album initial All Hour Cymbals en 2007 et leur plus grand succès Odd Blood en 2010 porté par des titres jouissifs comme O.N.E. ou Ambling Alp. Cependant, aujourd’hui je préfère m’intéresser à leur quatrième opus Amen & Goodbye sorti en 2016 et en particulier le deuxième titre I Am Chemistry. Morceau dénonçant les dérives de la chimie et ses dangers réels, il brille par ses sonorités électroniques âpres et sa rythmique psychédélique dès le début. Harmonies vocales en fond, chant plus posé, synthés psychédéliques obsédants, pont mené par des enfants et Suzzy Roche, le morceau fourmille d’idées ingénieuses pour un résultat d’une grande inventivité digne des plus grands moments de MGMT. Pour les plus joueurs, je vous attends sur vos interprétations du clip pour le moins original, enjoy !

 

Sylphe