Pépite du moment n°117 : This Fffire (2004) de Franz Ferdinand

Franz_Ferdinand_album_cover.svgLes plus attentifs d’entre vous auront d’emblée remarqué une incohérence dans le titre de cette chronique. Comment un morceau de 2004 peut-il être pépite du moment ? En effet, nous sommes toujours bien calés en 2022, entre une pandémie covidesque qui ramène sa fraise pour la huitième édition, un conflit mondial larvé qui n’attend qu’une étincelle pour éclater et une crise économique résultant, entre autres, de la combinaison des deux événements précédents. Tout cela étant le contexte idéal pour voir proliférer théories conspirationnistes, intolérances en tout genre et connerie humaine de la pire espèce. On est pas bien là ? Paisibles ? Bref, je m’égare sur cette année 2022, mais ferait-il meilleur vivre en 2077 ? Je vous vois, le regard perplexe et inquiet. Avec l’impression que j’ai totalement basculé dans une dimension parallèle où 2004, 2022 et 2077 ne sont plus qu’un seule et même année. Pas du tout, mais la pépite musicale de cette chronique nous plonge dans ces trois années. Explication.

En cette année 2022, et très précisément depuis le 13 septembre dernier, Netflix propose dans ses programmes Cyberpunk Edgerunners, série animée américano-japonaise de dix épisodes. L’histoire se passe en 2077, dans cette bonne ville de Night City bien connue des rôlistes et des gamers. Night City, c’est la mégalopole futuriste imaginée comme terrain de jeu dans Cyberpunk 2077, jeu vidéo sorti fin 2020, lui-même inspiré du jeu de rôle sur table Cyberpunk 2020 créé par Mike Pondsmith. Vous comprenez le merdier des dates ? On ne va pas y aller par quatre chemins : Cyberpunk Edgerunners est une vraie réussite. La série reprend les codes visuels du jeu vidéo, avec de nouveaux personnages. L’ambiance crade, criminelle, sexuelle et cyberconnectée de Night City est parfaitement retranscrite. Les scènes d’ultra-violences alternent avec d’autres plus posées qui laissent entrevoir le putain de cauchemar cyberpunk de l’année 2077.

Quid de 2004 dans tout ça ? Le générique de la série Cyberpunk Edgerunners. Si la BO efficace est composée de divers titres, dont certains déjà entendus dans le jeu Cyberpunk 2077, le générique va piocher dans du bon rock qu’on aime, avec This Fffire de Franz Ferdinand. Sorti en 2004 (nous y voilà) sur le premier album du groupe, le morceau contient déjà tout le talent de la team Alex Kapranos. Mieux encore, il colle parfaitement à l’ambiance de Cyberpunk Edgerunners. A la base, je n’aurais jamais fait cette association. A l’entendre, c’est d’une évidence et d’une pertinence absolue. On s’écoute donc le This Fffire original, accompagné ensuite de quelques friandises Cyberpunkiennes. Histoire de vous donner envie de plonger dans cet univers de malade, et dans un jeu fascinant en dépit du scandale technique qu’il a représenté à sa sortie.

Raf Against The Machine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s