Pépite intemporelle n°89: Lovely Head de Goldfrapp (2000)

Goldfrapp est une référence qui revient sous ma plume régulièrement mais je n’ai jamais écritGoldfrapp Felt Mountain une ligne sur la discographie de Will Gregory et la charismatique Alison Goldfrapp. Cette pépite intemporelle du soir ouvre donc le bal de la découverte de la carrière des Anglais avec le premier opus Felt Mountain sorti en 2000. Découverte par Tricky, Alison Goldfrapp est clairement marquée par le courant trip-hop qui parcourt l’Angleterre industrielle depuis la fin des années 90. Ce Felt Mountain est ainsi un bijou plein de grâce, une version champêtre et un brin ésotérique de Portishead qui se dresse dans la droite lignée de la prêtresse Björk. Qu’elle soit orchestrée avec brio et portée par les cordes (Paper Bag, Pilots), plus déstructurée (le très Portishead Human) ou épurée à souhait (Felt Mountain), le son touche au plus profond. Deux perles se distinguent au sein de cet écrin, la vaste odyssée électronique Utopia et le titre choisi pour ce soir, le morceau d’ouverture Lovely Head. Ce premier contact avec le son de Goldfrapp nous met face à un univers aussi inquiétant qu’esthétique. Les sifflements deviennent obsédants, le travail sur la voix d’Alison Goldfrapp est très riche entre tentation jazzy et discordance électronique. A savourer sans modération aucune, enjoy!

 

Et le titre Utopia en bonus…
Sylphe

2 commentaires sur “Pépite intemporelle n°89: Lovely Head de Goldfrapp (2000)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s