Son estival du jour n°49 : Wish you were here (1975) de Pink Floyd

Parce que c’est dans mes oreilles, autant que ce soit aussi dans les vôtres. Parce avec 46 ans au compteur, ce titre et l’album qui va avec sont toujours impressionnants d’émotions. Parce qu’il n’y a pas grand-chose de plus à ajouter à Wish you were here : tout est dit en 5 minutes 36.

Raf Against The Machine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s