Son estival du jour n°36 : Oint (2013) de Nicolas Jules

Pourquoi commencer la journée/semaine avec du Nicolas Jules ? Parce que c’est un artiste qui sait écrire, qui mélange tendresse et humour, et aussi parce que le souvenir de chacune de ses prestations scéniques me laisse un grand sourire, et de l’émotion aussi. Sorte de Thomas Fersen à la fois plus poétique et corrosif, Nicolas Jules est un vrai personnage unique, dont j’aime retrouver les chansons.

Pourquoi particulièrement Oint ? Parce que, précisément, elle s’inscrit dans ce que je viens de décrire : à l’écouter, on navigue dans une poésie grinçante. A l’image de sa phrase gimmick/du refrain, qui est aussi le titre de l’album de 2013 dont est tiré ce son : « La nuit était douce comme la queue rousse du diable au sortir du bain ». S’il ne fallait qu’une raison pour écouter Oint, ce serait cette phrase. Heureusement, il y en a plein d’autres. Choisissez votre version, studio ou live. Ou mieux, écoutez les deux.

Raf Against The Machine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s