Review n°83: Escapades de Gaspard Augé (2021)

Force est de constater que le temps me manque actuellement pour écrire, plus que l’envie… Mais bon, trêveGaspard Augé de ces remarques qui vous importent peu à juste titre, ici nous parlons musique et je vous ai ramené un album qui devrait permettre à votre été de démarrer sous les meilleurs auspices. Depuis leur premier album en 2007, le duo estampillé Ed Banger Justice nous propose une électro puissante et épique qui revisite avec talent les sonorités disco. En 2018, l’album live Woman Worldwide a confirmé à quel point le groupe jouit d’une réputation scénique amplement méritée et j’espère un nouvel album studio car le dernier, Woman, date déjà de 2016… L’album du jour n’appelle pas forcément à l’optimisme pour la suite de la carrière de Justice car Gaspard Augé (un des deux membres avec Xavier de Rosnay) vient de sauter le pas et de sortir son premier album solo, Escapades. Quitte à enfoncer une porte ouverte, il faut bien reconnaître que cet album est en grande partie habité par le spectre de Justice mais, une fois ce postulat accepté, il révèle un plaisir d’écoute réel tant on sent le plaisir qui anime Gaspard Augé à créer sa BO idéale. On y reviendra mais incontestablement cet Escapades a un vrai pouvoir cinématographique.

Passés les synthés spatiaux des 38 secondes de Welcome, Force majeure nous emmène d’emblée en terrain connu. Un son lourd et épique, des synthés omniprésents et des percussions percutantes, des moments d’accalmie savamment dosés, on retrouve l’électro grandiloquente digne de Justice ou des ambiances plus nocturnes de Kavinsky. Rocambole vient ensuite ouvrir le spectre en faisant les yeux doux à une électro-pop plus atmosphérique et mélancolique digne de Air pour un résultat sublimé par la montée finale. Europa  change alors totalement d’atmosphère avec ses synthés inquiétants et sa ritournelle obsédante, le morceau se déploie avec mélancolie et on a l’impression d’écouter un morceau caché de la BO de Virgin Suicides.

Passé un Pentacle qui s’appuie sur le contraste entre des sonorités plus âpres et une mélodie naïve, Hey ! s’impose comme le titre taillé pour les dance-floors. Morceau uptempo porté par ses boucles hypnotisantes (on pense à Birdy Nam Nam), ses choeurs inquiétants et ses synthés extatiques, le morceau est un uppercut instrumental savoureux. Captain change alors littéralement d’atmosphère et propose une mélodie naïve, je dois avouer que ce morceau un brin sirupeux ne me touche pas du tout. Par contre, j’aime tout particulièrement Lacrimosa porté par sa mélodie au piano qui s’impose comme le morceau le plus original de l’album. L’électro-pop discoïde et dansante de Belladone, l’ambiance hédoniste et printanière de Casablanca, le mystique Vox et la structure étonnante de Rêverie donnent une vraie valeur ajoutée à ce premier album dont certains titres feront sans aucun doute partie de ma bande-son de l’été. Et vous si faisiez une petite escapade avec Gaspard Augé? Enjoy!

 

Sylphe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s