Son estival du jour n°16 : Ecstasy of Gold (1966) d’Ennio Morricone

C’est tout simplement une légende absolue du cinéma, de la musique de films et de la musique tout court, mais aussi un sacré morceau de ma vie qui disparaissent. Ennio Morricone, immense compositeur d’un nombre incalculable de BO, est décédé ce 6 juillet 2020 après 91 années passées en ce monde.

Son travail m’a fait entrer dans ma passion de la musique, en même temps que je découvrais mon autre passion, celle pour le cinéma, avec notamment les films de Sergio Leone. Enfant, ado, adulte, des milliers de notes qui ont accompagné les films du dimanche soir,  et du mardi soir à la télévision, puis sur VHS, en DVD, et aujourd’hui en replay ou en blu-ray. Et bien sur dans des salles de ciné. Des centaines de partitions écoutées sur des vinyles, des cassettes audio qui finissaient par se débobiner d’usure, puis sur CD et en streaming, et enfin de nouveau et toujours en vinyles.

J’ai bouffé du Morricone à n’en plus pouvoir, depuis Il était une fois dans l’Ouest au 8 Salopards, en passant par Le Clan des Siciliens, I comme Icare, Les incorruptibles, Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon, Il était une fois en Amérique, Le Professionnel ou  encore Cinema Paradiso. Des images gravées à jamais en moi, indissociables de la musique qui les accompagnent, pour des mélodies incrustées à jamais au fond de moi.

S’il ne reste qu’un son ce soir, ce sera le thème Ecstasy of Gold qui accompagne le vertige du cimetière dans Le Bon, la Brute et le Truand. La quintessence Leone/Morricone. Pour boucler la boucle de ces quelques lignes bien imparfaites à retranscrire le génie musical du Monsieur et de ce que je ressens. Ecstasy of Morricone.

Buon viaggio e grazie Maestro.

PS : Rappelons enfin, si besoin était et pour se convaincre de la puissance de ce titre et de l’universalité de la musique de Morricone, que Metallica ouvre ses concerts par ce même Ecstasy of Gold depuis près de 40 ans. Et ça donne ce genre de chose (la Team Five Minutes dégage toute responsabilité en cas d’émotion intense ou de dressage de poils sur les bras).

Raf Against The Machine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s