Pépite intemporelle n°52: The End Has No End de The Strokes (2003)

Hier, The Strokes a sorti son sixième album The New Abnormal dont je vous parlerai trèsThe Strokes rapidement, tant les deux premières écoutes m’ont séduit. On ne présente plus le groupe formé autour de Julian Casablancas depuis leur émergence au tout début des années 2000 avec leur premier opus Is This It (2001). Un groupe qui a surfé avec talent sur la vague du retour du garage rock des 00’s au milieu d’autres noms qui auront eux aussi connu des belles carrières (Bloc Party, The Killers, Franz Ferdinand entre autres)… Une voix reconnaissable entre toutes et un sens de la mélodie imparable, vous vous retrouvez dès lors avec de la pépite à foison. Aujourd’hui, je vous propose de revenir en 2003 avec l’album Room on Fire et en particulier le single The End Has No End qui brille par son énergie rock, sa petite mélodie de fond qui s’incruste de manière indélébile en vous et ses ruptures de rythme savoureuses. A écouter bien fort sur sa terrasse ensoleillée en applaudissant à 20h, enjoy!

Sylphe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s