Pépite du moment n°39: Versailles de Thylacine (2019)

On vient à peine de boucler la première année du come back de Five-Minutes et ces dates anniversaires donnent toujours l’envie de faire des bilans (#jadorelesbilans). Je vous rassure tout de suite, je garderai les bilans pour la fin d’année mais je dois reconnaître que le choix du jour est lié à une volonté de regarder quelque peu dans le rétroviseur. Avant ma trêve finistérienne sans internet (désolé je n’ai pas prévu de cibler tous les McDo et les centres commerciaux pour dénicher le Wifi gratuit…), j’ai eu l’envie de finir sur l’artiste qui m’a le plus touché cette année et, sans surprise pour ceux qui me lisent régulièrement, c’est William Rezé alias Thylacine qui remporte assez aisément la palme. Son album ROADS Vol.1 (voir ici ) est un chef d’oeuvre dont je ne me suis toujours pas remis et de nombreux titres de cet opus auraient mérité de figurer ici pour vous souhaiter de bonnes vacances.

Néanmoins, j’ai eu la chance de tomber par le plus grand des hasards sur ce titre Versailles sorti il y a un mois qui ne fait que confirmer le talent du jeune homme… J’ai déjà envié Thylacine d’avoir enregistré son dernier opus dans des conditions idylliques dans son Airstream parcourant les chemins d’Argentine mais que dire de ce titre où il a eu la chance d’avoir le château de Versailles pour lui tout seul afin d’enregistrer tous les sons du lieu? La démarche artistique de ce titre est digne d’intérêt avec la volonté de célébrer ce monument empreint d’histoire à travers la modernité de la musique électronique. Le résultat est tout simplement brillant avec cette palette de sons à la symbolique forte qui se marie à merveille avec une électro plus percutante et entraînante. A bientôt et enjoy!

Sylphe

Son estival du jour n°10 : Indigo Night (2018) de Tamino

A l’heure où vous lirez ces lignes et surtout écouterez ce son, je serai en route pour quelques jours au calme, au fin fond du monde… mais ça n’empêche pas un son du jour (#magiedelapublicationprogrammée), son avec lequel je devrais faire une partie du trajet.

Déjà chroniqué en décembre 2018 comme pépite du moment, Indigo Night figure dans le premier album de Tamino, sobrement intitulé Amir (son autre prénom). Depuis 6 mois et cette chronique, le plaisir est intact : la voix du garçon me bouleverse toujours autant et le reste de l’album est un festival d’émotions qui déferlent tout au long de l’écoute.

J’avais, à l’époque, parlé d’y revenir. Dont acte, même si ce morceau n’est en fait jamais parti du fond de moi. Profitez donc de cet Indigo Night, ici dans une version acoustique voix-guitare, au cœur de vos oreilles, par une douce soirée d’été, avant de vous abandonner plus avant avec le reste de l’album. A très vite pour un prochain son estival du jour !

Raf Against The Machine

Son estival du jour n°9 : Cornerstone (2013) de Benjamin Clementine

Hier soir, on était Sur un trapèze avec le grand Bashung… et ce midi, on reste dans la mélancolie (un peu) et les poils qui se dressent (beaucoup) avec un titre à la fois son du jour et pépite intemporelle. J’ai lancé une playlist en aléatoire, et à un moment c’est tombé : Cornerstone de Benjamin Clementine.

Jeune auteur-compositeur-interpète et multi-instrumentiste, ce garçon a un parcours qui force le respect : harcèlement à l’école, échec scolaire, départ prématuré de chez ses parents et des périodes de galère à dormir dans la rue, ou à se rendre à ses concerts à pied des kilomètres durant faute de billet de train valide… Sauf que Benjamin Clementine n’a jamais renoncé. A rien. Au point de déclarer, en 2015, être « prêt à mourir pour sa musique ».

En 2013, c’est le premier EP sobrement intitulé Cornerstone, littéralement pierre angulaire, avec dedans notamment le titre éponyme qui nous intéresse aujourd’hui. Cornerstone, voilà un titre bien choisi, puisque tout ce qui fait le sel de la musique de Benjamin Clementine est déjà là. Depuis, il y a eu un autre EP, deux albums et d’innombrables prestations publiques qui laissent bouches bées et sur le carreau émotionnel tous ceux qui ont eu la chance d’y assister.

Je me rappelle le jour où Sylphe m’a dit d’écouter Benjamin Clementine : « Tu vas voir, c’est impressionnant ». Oui, ça l’est, et plus de 6 ans après, ce Cornerstone me bouleverse toujours autant. Là où il se pose, Benjamin Clementine se grave. C’est à vous.

Raf Against The Machine

Son estival du jour n°8 : Sur un trapèze (2008) de Alain Bashung

A la fois doux et mélancolique, Sur un trapèze est un de mes titres préférés de Bleu Pétrole, dernier opus studio d’Alain Bashung, publié en 2008. Sorte de balade dans les méandres d’un cerveau rêveur et cogiteur, sorte de ballade pour cœur lessivé revenu de tout, voilà une poignée de minutes qui fonctionne comme une ritournelle en boucle et qui m’a hypnotisé des semaines durant.

Tout cela n’est pas très étonnant pour qui suit régulièrement mes pépites et autres chroniques : outre Bashung, derrière Bleu Pétrole, et notamment derrière Sur un trapèze, il y a mon Gaëtan Roussel favori, dont on reconnaît la jolie patte musicale et textuelle. En parlant de texte, peut-être aussi que cette invasion de moi par ce titre tient aux paroles, qui d’entrée de jeu m’attrapent à chaque fois, même après moult écoutes : « On dirait qu’on sait lire sur les lèvres / Et que l’on tient tous les deux sur un trapèze ». Que voulez-vous ajouter après ça, à part remonter, une fois encore, Sur un trapèze ?

PS : un truc me vient d’un coup, moi qui ne supporte pas être à plus de deux mètres du sol… Sur un trapèze, pour un mec qui a chanté Vertige de l’amour, je dirais que ça se tient.

Raf Against The Machine

Son estival du jour n°7 : Strict Machine de Goldfrapp (2003)

Envie d’une ambiance plus âpre ce soir, d’un morceau qui est né au milieu du trip-hopGoldfrapp pour venir doucement tendre vers une électro-pop teintée d’une sensualité exacerbée? J’ai bien sûr ce qu’il vous faut avant de vous abandonner lâchement pendant deux semaines dans des contrées dénuées de tout internet… Alison Goldfrapp, une des nombreuses voix découvertes par Tricky (une pensée entre autres pour la brillante Martina Topley-Bird), forme avec Will Gregory un groupe qui m’a particulièrement marqué dans sa capacité à faire évoluer le trip-hop. Après un premier coup de maître en 2000 avec Felt Mountain qui continue de donner ses lettres de noblesse au trip-hop dans la droite lignée de Portishead, Black Cherry se tourne vers une électro-pop savoureuse et hédoniste à première vue, mais beaucoup plus mélancolique qu’elle n’en a l’air.

Le morceau du soir Strict Machine brille par l’âpreté de ses sons électros qui font monter une tension palpable qui n’explosera qu’à travers la douce et sensuelle voix d’Alison Goldfrapp qui sait se faire aussi bien caressante qu’oppressante. Une ambiance électrique qui montre à elle seule le spectre de possibilités que peut offrir l’après trip-hop…. Enjoy!

Sylphe