Five Titles n°5: Unfurl de RY X (2019)

C’est avec une certaine gêne que je me dois d’avouer que je ne connaissais presque pasRY X l’australien Ry Cuming alias RY X avant l’écoute de ce Unfurl, deuxième opus après Dawn en 2016 . Vous allez vite comprendre la force de cette gêne quand vous la mettrez en balance avec l’intensité du plaisir ressenti à l’écoute de cette pépite d’une richesse orchestrale sans limite. La recette est d’une limpidité évidente avec d’un côté une voix extrêmement sensible et mélancolique et de l’autre des atmosphères instrumentales d’une grande minutie entre piano, cordes et guitares. Le résultat est une créature hybride née de diverses influences qui me paraissent évidentes, un subtil cocktail où le dubstep est venu enlacer Alt J et James Blake. Pour tout dire, je n’ai cessé de penser à James Blake en écoutant cet album car je trouve les deux artistes assez similaires dans leur approche de la musique même si l’un paraît sur un certain déclin artistique provoquant un ennui naissant (voir ici ) alors que l’autre est à l’orée d’une très belle carrière…

Review, pépite du moment ou intemporelle, il est évident que toutes les catégories siéent parfaitement à cet album mais j’ai choisi de l’aborder sous l’angle des cinq titres comme cinq instantanés afin de suggérer ce qu’est cet album sans trop dénaturer le plaisir de la découverte. Voici donc cinq diamants taillés avec finesse…

1. Untold commence avec une rythmique dubstep affirmée évoquant Burial avant que les choeurs et la voix de RY X viennent donner une saveur mélancolique d’une justesse infinie à l’ensemble. Les violons et les synthés se répondent, l’ambiance instrumentale foisonne de propositions pour un résultat empreint d’émotions qui me séduit par son refus de toute linéarité dans la composition.

2. Body Sun s’impose comme le titre qui me touche le plus. Un piano-voix d’une grande pudeur, des montées à faire dresser les poils accompagnées de violons judicieux, tout ceci sans tomber dans le pathos grâce à une rythmique de fond qui impose son énergie. Bijou émotionnel…

3. Yayaya (#titreregressifdelannée) me séduit, quant à lui, par son contraste entre la guitare et le chant tout en pudeur d’un côté et de l’autre ce surprenant refrain aux saveurs sucrées pop qui s’ancre dans la tête pour nous donner l’illusion d’une légèreté que l’on sait factice.

4. Foreign Tides part sur une intro rock me rappelant Placebo avant de briller par ses différentes flèches décochées tout au long du morceau et sa rythmique inqualifiable entre exotisme et funk. Bref vous avez bien compris qu’il me manque les mots pour définir ce titre, je suis ouvert à vos propositions!

5. The Water rappelle que Rye Cuming a aussi des talents de DJ qu’il met en oeuvre dans le duo Howling avec Frank Wiedemann. Le morceau part sur un terrain dépouillé avec un piano tout en sobriété et une voix fragile à souhait avant qu’une rythmique électro vienne peu à peu prendre le pouvoir de manière assez surprenante. La dernière minute est juste jouissive et m’évoque le prodige Caribou de Swim.

A n’en pas douter, on tient avec ce Unfurl un prétendant sérieux au podium de fin d’année qui devrait batailler ferme avec Thylacine et les autres…

Sylphe

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s